Twitter, la capitale indiscutable du « croive » , haut-lieu des « casernes d’Ali Baba » et autres « bouquets missaires » .

Voici donc la tant attendue septième édition des pires fautes sur Twitter, tu peux même voter à la fin. En guise de préambule tu peux consulter les résultats des précédentes votations (1, 2, 3, 4, 5 et 6).

Voici les trois lauréats du moment, bonne chance!

Enterrer l’âge de guerre

L’humanité a connu de nombreux âges de paix, mais également de guerre. Et quand un âge de guerre est terminé on l’enterre, mais avec une pelle et non une hache.

tw7_age_guerre_01

Lire la suite  

,    

Traquer les nouvelles fautes de grammaire sur Twitter est un exercice qui s’avère de plus en plus passionnant au fil du temps, les cinq précédentes expériences (1, 2, 3, 4 et 5) témoignent toutefois du bien fondé d’une telle action.

Aujourd’hui encore ta précieuse contribution est demandée, afin de choisir parmi ces trois infâmes boulettes inédites.

Tout d’abord…

Les femmes en seinte

Attention mesdames à ne pas vous rendre en Seinte, cette région fait visiblement grossir.

twitter_en_seinte_03
twitter_en_seinte_01
twitter_en_seinte_02

Ainsi que leurs variantes immaculées « en sainte » , amen!

twitter_en_seinte_04

Lire la suite  

,    

Hier a eu lieu à Genève un évènement relativement exceptionnel: une grève.

Oui, en Suisse.

Les transports en commun n’ont en effet pas roulé, brisant ainsi la loi et le contrat qui les lie avec l’État, le tout mené par le syndicat du personnel des transports (le « SEV » , non ne cherche pas le rapport) qui a effectué un blocus aux sorties des différents entrepôts de véhicules.

Au menu du jour, prendre la population en otage avec café et grillades. Paralyser une ville entière et empêcher la population de se rendre au travail d’accord, mais encore faut-il que ce soit confortable et dans la bonne humeur.

tpg_greve_4

L’objectif de cette manœuvre était de lutter contre les coupes budgétaires prévues, qui auraient amené au licenciement de plusieurs employés de la régie publique. Rappelons quand même au passage que les coupes budgétaires concernent tout le monde, et que dans le privé une grève est la plupart du temps synonyme de licenciement.

Lire la suite  

, ,