Helix est une série américaine dont la première saison s’est terminée fin mars 2014, elle raconte l’histoire d’une expérience scientifique qui tourne évidemment mal dans une énorme base de recherche isolée en Arctique.

La manipulation d’un virus merdoie complètement et les employés contaminés se transforment en zombies, une équipe du CDC est envoyée sur place.

La particularité de cette série est l’emploi régulier de bandes-son totalement incohérentes avec l’image, le générique lui-même ne colle pas du tout, c’est génial. Une mélodie entrainante avec ce « X » de l’hélice d’ADN qui s’écoule de manière gluante, un liquide noir que l’on retrouve d’ailleurs dans le scénario et dont annoncer l’utilité ici dévoilerait une partie de l’intrigue.

Cette série utilise la technique du cold open après un résumé de l’épisode précédent, c’est à dire que l’action commence immédiatement et le générique n’est joué qu’après plusieurs minutes parfois brutales, renforçant ainsi l’effet de décalage.

Ce genre de musique d’ascenseur s’entend d’ailleurs avec un effet « haut-parleur pourri » à chaque fois que les protagonistes prennent le monte-charge pour parcourir les étages souterrains de la base, et en général l’ambiance est moisie, voire même parfois carrément… mortelle. Rien de plus logique que des cadavres sur fond de musique hawaïenne.

Lire la suite  

   

Le nombre d’ordinateurs infectés dans le monde est tout simplement incroyable, leur population ne cesse d’augmenter jour après jour grâce à des systèmes d’infections de plus en plus futés, jouant avec la crédulité et la méconnaissance informatique du grand public.

Aujourd’hui nous allons mettre de côté l’aspect « utilisateur crédule » qui ouvre toutes les pièces jointes de ses courriels et nous concentrer sur la partie technologique de la protection d’un ordinateur. Ce billet s’adresse aux possesseurs de PC dotés de Windows, les utilisateurs de Mac ou Linux n’ont jamais de virus, c’est bien connu.

On pourrait en discuter des heures, proposer des centaines de solutions, mais… étant donné qu’on parle d’informatique et que c’est de facto chiant, voici une explication rapide et concentrée des quelques ingrédients qu’il faut réunir pour posséder un ordinateur bien protégé :

– Un antivirus régulièrement mis à jour
– Un navigateur web sécurisé
– Le système d’exploitation (Windows) à jour
– Un pare-feu

L’antivirus

J’ai encore récemment croisé en clientèle des ordinateurs sans antivirus, l’analyse des disques durs a provoqué des alarmes dignes d’une alerte atomique, une des machines a même dû être euthanasiée reformatée. De nos jours on peut trouver de très bon antivirus gratuits pour les particuliers, leurs éditeurs gagnent de l’argent en vendant des versions aux entreprises. On note en vrac :
AVG : Le plus complet, il protège les mails, le chat, tout.
Antivir : Le plus léger (sauf pendant ses mises à jours), il affiche une bannière publicitaire une fois par jour. On a rien sans rien.
Avast : Assez lourd mais pas mal utilisé. Il faut s’enregistrer gratuitement sur le site pour pouvoir le lancer.

Le navigateur

Tu charges Firefox 3 ici. Si tu vas sur Internet avec autre chose, faudra pas venir te plaindre ensuite. La nouvelle version bloque d’emblée les sites contrefaits ou corrompus et affiche une page rouge d’avertissement.

Si tu lis tes mails avec un logiciel (et non depuis le web) alors utilise Thunderbird, le cousin de Firefox. Il a tout un système anti-phishing incorporé. Le phishing c’est quand tu reçois un mail qui te menace ou te promet monts et merveilles à la condition d’aller saisir des identifiants personnels sur un site web bidon.

Windows à jour

Tu fais un clic droit sur ton « Poste de Travail » et tu choisis l’option « Propriétés » . Sur l’onglet « Mises à jour automatiques » tu coches la petite case comme sur l’image ci-dessous.

Si t’es flemmard tu peux cocher celle du dessus, tout sera alors automatisé. Évidemment il faut avoir une version officielle de Windows, mais t’es pas un vilain pirate qui vole Petimou, hein?

Un pare-feu fonctionnel

Il existe un grand nombre de firewalls gratuits, mais malgré tout ce que l’on dit celui intégré à Windows ne fonctionne quand même pas trop mal. En plus il y a de fortes chances pour que tu sois connecté à Internet via à joli routeur, ce dernier possédant normalement lui-même un pare-feu tu ne risques de toute manière pas grand chose.

Pour activer le pare-feu de Windows tu vas dans ton panneau de configuration et tu cliques sur l’icône « Pare-feu Windows » .

Un pare-feu empêche les connexions qui viennent de l’extérieur, quand tu vas sur Internet c’est toi qui te connecte en direction de l’extérieur, donc normalement activer un pare-feu ne te bloque pas.

Toutefois si tu dispose de ton propre serveur Web, Teamspeak, VNC ou que sais-je alors il te faudra ouvrir certains ports de ton pare-feu. Mais ça, c’est une autre histoire.

Bref…

Normalement avec tout ça tu peux surfer sur le Net sans danger, même sur tes sites pornos russes favoris.

, , , , ,