La série télévisée « Childhood’s End » raconte l’histoire de notre planète depuis le moment où une race extraterrestre débarque afin de prendre en main la suite de l’évolution humaine, en corrigeant le bordel causé par les terriens sur leur écosystème.

childhood_02

Les six épisodes diffusés à la suite en décembre 2015 sont tirés du livre éponyme écrit en 1953 par Arthur C. Clarke, probablement connu ici sous son titre mal traduit « Les Enfants d’Icare » .

L’extraterrestre responsable se présente comme étant Karellen, le superviseur de la planète Terre. Lui et ses semblables sont rapidement baptisés « Overlords » , quelque chose comme « Suzerains » en français.

L’épisode pilote commence sur fond de désolation par l’interview d’un homme se disant être le dernier humain en vie, on sait donc d’emblée qu’au final tout va merder. La série qui s’auto-spoile, on n’avait jamais vu ça.

Karellen cache son apparence au monde durant plusieurs années, l’humanité n’est selon lui pas prête à accepter sa forme physique. S’en suit un âge d’or, les maladies sont abolies, ainsi que les guerres, les famines. Mais également toute trace de curiosité, de culture, le dessein des mystérieux Overlords reste obscur.

Lire la suite  

, ,    

Malgré son titre, ce billet ne te parlera pas d’une île de l’Atlantique ou d’un énorme chien noir, mais d’une nouvelle série télévisée américaine.

Que tous les amateurs de « Jurassic Park » se réjouissent, le double épisode pilote de « Terra Nova » a enfin été diffusé fin septembre 2011, après avoir été repoussé pour des raisons de post-production. Dinosaures et action y sont au rendez-vous, telle que nous le promettait la bande-annonce.

Cet article est uniquement basé sur les deux premiers épisodes, de nombreuses interrogations subsistent encore.

Nous sommes en 2124, la Terre est évidemment surpeuplée et le seuil critique de pollution est atteint. Le ciel est voilé par une couche de poussière, on ne peut respirer sans masque qu’avec difficulté.

La loi limite les familles à deux enfants au maximum, en avoir un troisième est un délit pénal. Les affiches de propagandes vantent les mérites des petites fratries.

Pour remédier à tous ces problèmes, le gouvernement profite depuis sept ans d’une faille dans l’espace-temps pour envoyer régulièrement des colons soixante-huit millions d’années dans le passé. Le voyage est a sens unique, sans aucune possibilité de retour. Les vagues de transferts sont appelées « pilgrimages » (« pèlerinages » en français), neuf ont déjà eu lieu, la dixième se prépare.

Lire la suite  

, , , ,