Le 24 février 2008, les Genevois voteront pour bannir les chiens dangereux de nos rues (ou pas). La loi actuelle rend entre autre le port de la muselière obligatoire et interdit leur reproduction, cela n’a toutefois pas empêché certains accidents mortels de se produire. Le sujet partage (ça fait un peu mal au début), d’un côté les neinsager et autres défenseurs des libertés, de l’autre les amateurs de sécurité urbaine.

Faut-il voter avec son cœur et faire cesser ce danger potentiel? Faut-il plutôt voter contre et attendre une autre forme de législation moins restrictive?

Un animal reste malheureusement imprévisible (un humain aussi d’ailleurs, mais c’est un autre débat), et ainsi donc pour l’instant…

Le 24 février, votez OUI à l’initiative « Pour l’interdiction des races de chiens d’attaque et autres chiens dangereux » .

   

Le 24 février 2008, les genevois voteront pour bannir la clope des lieux publics (ou pas), à l’instar de la France qui a déjà fièrement passé ce cap difficile au premier janvier de cette année. Certains sont contre cette loi, hurlant pour le maintien de la sacro-sainte liberté de mouvement (qui comprend au passage le meurtre passif de nos congénaires), d’autres sont pour qu’enfin chacun puisse se passer du dessert au goudron cancérigène du voisin de table.

On pourrait se poser la question si la liberté de mouvement ne devrait pas se faire un devoir de s’arrêter lorsque la santé publique est en jeu, les dangers de la fumée passive ont été largement démontrés et l’excuse précitée ne devrait moralement pas être utilisée. Les prises de positions sont d’ailleurs fermement établies pour la plupart des partis politiques, sauf évidemment pour les roublards de l’UDC qui ne se mouillent pas trop dans l’histoire avec leur pathétique « liberté de vote » , petit jeu manipulateur habituel.

Le 24 février, votez OUI à l’initiative « Fumée passive et santé » .

   
Aujourd’hui nous parlerons ensemble d’un animal très particulier : Le militaire. Au début il n’y avait rien, voire moins que rien, ce qui ne fait franchement pas grand chose au final. Victime d’un gros rhume, un jour Dieu éternua, de sa morve divine sortirent quelques amibes qui se développèrent lentement pour finalement créer ce que nous appellerons de nos jours l’Homo Sapiens. A coup de massues ces gros primates évolués finirent par conquérir de force un grand nombre de territoires, tuant et violant au passage femmes, enfants et bétail.

Les siècles passèrent, l’Homo Sapiens devint Homme, devint Femme. La culture et l’intelligence prit le dessus sur la bestialité primaire, l’animal devint humain.

Cependant, de nos jours on retrouve encore quelques traces de ces amibes originelles, vicieusement cachée sous une forme qui nous est commune : Le militaire.

Le militaire ne pense pas, il se bat. Le militaire est l’Antéchrist de l’évolution.

Nous sommes un peuple évolué, il nous faut faire cesser cette mascarade. L’armée et ses militaires piétinent nos espèce pensante depuis bien trop longtemps pour que cela reste acceptable.

Le 24 février, votez OUI à l’initiative « Contre le bruit des avions de combat à réaction dans les zones touristiques » .
   

Blog calme aux sujet détendus ces derniers jours, soyez rassurés cela ne va pas durer. Dès demain commencera le grand argumentaire pour les votations de février, ça va chier dans l’caniveau!

Le calme avant la tempête, l’œil du cyclone, profitez de ces moments de sérénité au maximum, dès demain je flame.

   

En Suisse les autoroutes sont étatiques, ce qui présente l’énorme avantage de ne pas avoir à poireauter deux heures pour passer ces stupides péages à chaque fois que l’on veut voyager un peu. Il nous faut par contre arborer bien visiblement une ravissante vignette annuelle et colorée, disponible dans n’importe quelle station service pour la modeste somme de CHF 40.- (environ 25 €).

La vignette 2007 arrive à échéance aujourd’hui, mes condoléances aux vôtres. Dès demain, n’oubliez pas de vous munir de la petite dernière.

   

L’état veut à priori briser une tradition helvétique plus que centenaire.

   

Les journalistes du quotidien « Le Matin » font aujourd’hui recette grâce au business nauséabond mais néanmoins intarissable qu’est la peur des étrangers. Vous remarquerez que l’image choisie est une fois de plus adaptée au titre, rien de plus terrifiant en effet que des enfants jouant à la corde à sauter.

   

Bon, vu que personne ne me l’a demandé hier, je vais spontanément répondre aujourd’hui à la grande question : « Mais merde pourquoi 1 kilo-octet c’est 1024 octets et non pas 1000? » .

Ne le nie pas, tu te l’es déjà posée de nombreuses fois.

Si si.

Imaginons la situation suivante : Tu sors de l’asile psychiatrique dans lequel un juge t’avais enfermé pour avoir mangé crue ta belle-soeur Gwendoline, tu veux à présent stocker des informations numériques à l’aide d’ampoules qui ne peuvent être qu’allumées ou éteintes.

Avec une seule ampoule, combien d’états différents pourras-tu stocker?

Deux! Bravo, allumé ou éteint, deux états.

Maintenant avec deux ampoules, combien d’états différents? Hein?

Quatre! Une allumée l’autre éteinte, l’inverse, les deux éteintes et les deux allumées.

Ta subtile intelligence et ton esprit de déduction remarqueront ainsi qu’avec un tel système nous avons un nombre d’états qui est toujours une puissances de 2, c’est un peu mathématique (et chiant) je l’admet. Le pire dans tout ça c’est que la mémoire de ta machine est constituée, avec des millions d’ampoules qui s’allument et s’éteignent tout le temps (tu comprends mieux pourquoi ça merde en permanence maintenant), au passage on les appelle des transistors.

Bref, 1000 n’est pas une puissance de 2, par contre 1024 oui. CQFD.

   

Le geek est un grand incompris, surtout lorsqu’il présente son nouveau jouet en commençant par énoncer sa capacité mémorielle. Voici un petit guide pour toutes celles et ceux qui se perdent dans l’unité de mesure informatique qu’est l’octet.

Alors tout d’abord, l’octet est un terme français, parce que les anglois disent byte qui sonne quand même vachement mieux (sauf en français évidemment, d’où la traduction).

Pour simplifier la chose, un octet de mémoire peut contenir un caractère, contrairement aux femmes qui en ont beaucoup plus (de caractère, pas d’octet, c’est un compliment si jamais). Vu qu’en informatique rien n’est simple on doit avoir 1024 octets pour faire un kilo-octet, et 1024 kilo-octets pour faire un méga-octet, ainsi de suite (giga, téra, péta). J’expliquerai la raison du 1024 un autre jour si on me le demande, ce qui m’étonnerait fortement vu que personne ne doit avoir lu jusqu’ici tellement c’est chiant (même à écrire).

En général de nos jours on compte surtout en méga-octets, on se contente de dire juste « mégas » parce que c’est plus hype in ze move. Parfois les fabriquants abrègent la notation de « méga » en « MB » , acronyme de « méga-byte » (inspired by Rocco).

Donc si t’es un vrai geek et que tu regardes la réclame ci-dessous :

Tu dois normalement te dire « Trop la honte, 16K de RAM c’est la loose totale, on peut même pas stocker un JPEG de cul heeeeee! » .

Pense bien que dans 20 ans les gens diront la même chose de ta carte mémoire, petit nerd.

Bref.

Prenons un exemple concret, je veux écrire « L’armée ça pue, ça pollue et ça rend con! » sur ma carte mémoire USB, he bien le fichier prendra 42 octets (sauf si c’est un fichier MS Word, là il prendra 53 méga-octets, mais ça c’est un autre problème et je veux pas t’embrouiller avec ça… comment ça « trop tard » ?).

Mais parlons musique. Un mp3 (bien entendu légalement acheté sur eMule) prend environ 1 méga par minute de musique, ainsi donc le dernier tube du dernier Kévin de la Staraque prendra en général 4 ou 5 mégas. Ne reste plus qu’à diviser la capacité mémoire de ton lecteur empétrois par 5 pour connaitre le nombre de morceaux que tu pourras mettre dessus.

C’est pas magnifique ça hein? T’as lu jusqu’à la fin et t’as gagné un vrai conseil, n’hésite pas à revenir avec de la bière, merci.

, ,    

Ouais tu peux les compter, elles sont toutes là. :mrgreen:

Qui a un briquet?