Bon, vu que personne ne me l’a demandé hier, je vais spontanément répondre aujourd’hui à la grande question : « Mais merde pourquoi 1 kilo-octet c’est 1024 octets et non pas 1000? » .

Ne le nie pas, tu te l’es déjà posée de nombreuses fois.

Si si.

Imaginons la situation suivante : Tu sors de l’asile psychiatrique dans lequel un juge t’avais enfermé pour avoir mangé crue ta belle-soeur Gwendoline, tu veux à présent stocker des informations numériques à l’aide d’ampoules qui ne peuvent être qu’allumées ou éteintes.

Avec une seule ampoule, combien d’états différents pourras-tu stocker?

Deux! Bravo, allumé ou éteint, deux états.

Maintenant avec deux ampoules, combien d’états différents? Hein?

Quatre! Une allumée l’autre éteinte, l’inverse, les deux éteintes et les deux allumées.

Ta subtile intelligence et ton esprit de déduction remarqueront ainsi qu’avec un tel système nous avons un nombre d’états qui est toujours une puissances de 2, c’est un peu mathématique (et chiant) je l’admet. Le pire dans tout ça c’est que la mémoire de ta machine est constituée, avec des millions d’ampoules qui s’allument et s’éteignent tout le temps (tu comprends mieux pourquoi ça merde en permanence maintenant), au passage on les appelle des transistors.

Bref, 1000 n’est pas une puissance de 2, par contre 1024 oui. CQFD.

   

Le geek est un grand incompris, surtout lorsqu’il présente son nouveau jouet en commençant par énoncer sa capacité mémorielle. Voici un petit guide pour toutes celles et ceux qui se perdent dans l’unité de mesure informatique qu’est l’octet.

Alors tout d’abord, l’octet est un terme français, parce que les anglois disent byte qui sonne quand même vachement mieux (sauf en français évidemment, d’où la traduction).

Pour simplifier la chose, un octet de mémoire peut contenir un caractère, contrairement aux femmes qui en ont beaucoup plus (de caractère, pas d’octet, c’est un compliment si jamais). Vu qu’en informatique rien n’est simple on doit avoir 1024 octets pour faire un kilo-octet, et 1024 kilo-octets pour faire un méga-octet, ainsi de suite (giga, téra, péta). J’expliquerai la raison du 1024 un autre jour si on me le demande, ce qui m’étonnerait fortement vu que personne ne doit avoir lu jusqu’ici tellement c’est chiant (même à écrire).

En général de nos jours on compte surtout en méga-octets, on se contente de dire juste « mégas » parce que c’est plus hype in ze move. Parfois les fabriquants abrègent la notation de « méga » en « MB » , acronyme de « méga-byte » (inspired by Rocco).

Donc si t’es un vrai geek et que tu regardes la réclame ci-dessous :

Tu dois normalement te dire « Trop la honte, 16K de RAM c’est la loose totale, on peut même pas stocker un JPEG de cul heeeeee! » .

Pense bien que dans 20 ans les gens diront la même chose de ta carte mémoire, petit nerd.

Bref.

Prenons un exemple concret, je veux écrire « L’armée ça pue, ça pollue et ça rend con! » sur ma carte mémoire USB, he bien le fichier prendra 42 octets (sauf si c’est un fichier MS Word, là il prendra 53 méga-octets, mais ça c’est un autre problème et je veux pas t’embrouiller avec ça… comment ça « trop tard » ?).

Mais parlons musique. Un mp3 (bien entendu légalement acheté sur eMule) prend environ 1 méga par minute de musique, ainsi donc le dernier tube du dernier Kévin de la Staraque prendra en général 4 ou 5 mégas. Ne reste plus qu’à diviser la capacité mémoire de ton lecteur empétrois par 5 pour connaitre le nombre de morceaux que tu pourras mettre dessus.

C’est pas magnifique ça hein? T’as lu jusqu’à la fin et t’as gagné un vrai conseil, n’hésite pas à revenir avec de la bière, merci.

, ,    

Ouais tu peux les compter, elles sont toutes là. :mrgreen:

Qui a un briquet?

   

Si un jour le Père Noël s’adonnait aux plaisirs subtils de la méthadone, je pense que le résultat ne serait pas loin de ceci.

Mystérieux mélange entre Polnareff et les Pet Shop Boys, à apprécier la bouche fermée.

   

Aujourd’hui début la grande vente de matériel militaire à Palexpo Genève, foncez-donc donner votre pognon à l’armée!

On aime
– Habiller nos gamins comme des clowns avant qu’ils ne saisissent le sens exact de leur accoutrement

– Porter des sandales ridicules (avoir l’air « décontracté » avec ça aux pieds relève d’une force de caractère exceptionnelle)

– Regarder tante Gutrun sous la douche au camping

En revanche on aime pas :
– Aucun stand ne vend des armes ou des munitions
– Les pinups présente dans le catalogue n’ont pas été trouvées dans les différentes troupes armées
– Pas moyen de trouver un livre sur l’aide au meurtre via son arme de service (malgré que ce soit un acte courant)
– En fait aucun livre du tout là-bas
– Le manque de discipline dans les stands

   

Grande surprise ce matin en lorgnant du côté des manchettes de la Tribune de Genève, la ville a versé 250’000 CHF à Mr Ramadan et va refaire le Pont de la Machine pour 30’000’000 CHF. Le premier versement pour se débarrasser d’une affaire judiciaire discutable, le second pour créer une autre voie de tram traversant le Rhône.

Toutes ces actions sont quand même curieuses pour un canton soi-disant déficitaire. Suis-je le seul à penser que l’état de Genève a quand même visiblement largement assez d’argent pour avoir le culot de le dilapider ainsi?

   

Niveau scolarisation on a pas tous les mêmes chances dans la vie, certains moins que d’autres. Passe tes yeux à la Visine, ça risque de piquer.

ah toi putin ! sa mèr’
ri1 ke de pensé a not’ histoir jai la larm a l’euil…

15anné a fair ke déliré, técouté raconté ta lif ! ( lol ^^ )
pui heursmen kt’es la au foyé hin ^^
on a tjs été solidèr’ et tt ! trop ratal
tes vmt mon best et jpense que fr’chment ca sra pr tjs hin !
grasse a toi on a plin de truk volé des fausses mark et tou lol

Si t’as envie de noter ce chef d’œuvre ainsi qu’un bon nombre de semblables tout aussi magnifiques c’est par là que ça se passe. lol.

   

En classe de primaire ma maitresse (hu hu) nous avait appris une chanson éducative faite-maison sur les terribles méfaits du café. De mémoire ça faisait quelque chose comme :

C-A-F-E café
Ne bois jamais jamais d’café
C’est mauvais pour les enfants cette boisson là
Ça te met en rien de temps les nerfs à plat
Bois de l’eau, bois du thé
Mais jamais de café

Alors qu’il suffirait maintenant de simplement leur montrer cette vidéo magnifique et néanmoins didactique :


Oldelaf & Monsieur D – Le Café

   

Être militaire en Suisse c’est avant tout se battre pour le maintien des valeurs chrétiennes de son pays (*), c’est avoir l’intelligence l’esprit de nos vaches laitières les plus renommées. Mais devenir un homme (avec de big balls comme Jean-Claude) n’est pas chose aisée, les recrues subissent un entrainement intensif de plusieurs mois avant de pouvoir accéder aux grades supérieurs tant convoités par les frustrés sadiques tout droit sortis de nos meilleurs asiles psychiatriques.

Mains sur le cœur citoyens, bienvenue au swiss training camp.

Ici vous apprendrez par de subtils exercices ce que peut ressentir un ivrogne chronique en plein biturage, ensuite vous passerez par de nombreux stages pratiques (et éthyliques) avant de pouvoir garnir de médailles votre tenue de combat tel un sapin de Noël pour clown sous acide. Longue est la préparation physique, mais c’est le prix à payer pour obtenir le respect des troufions consanguins de la vallée voisine.

Un pour tous, tous pour un, et à boire pour tout le monde patron!

(*) Ne riez pas, je cite l’UDC, vous avez voté pour eux dernièrement.

   

Grande nouvelle! Aujourd’hui personne n’a été tué par une arme de service! Bravo donc à tous les militaires psychopathes du pays, puissiez-vous continuer sur cette voie sécuritaire. Les survivants de vos carnages impulsifs vous remercient d’avance.

Mise à jour de 9h30 :
Ah, on me signale qu’un meurtre traditionnel à l’arme de service a finalement eu lieu. Demain sera peut-être une journée murder free.