Retour au blog

La série télévisée « Zoo » raconte comment l’humanité serait rapidement décimée si tous les animaux réalisaient soudainement qu’ils ont la capacité d’éliminer leur pire ennemi: nous.

Le groupe de héros voyage énormément à travers le monde afin de trouver une solution à la rébellion animale, et dans le troisième épisode de la deuxième saison, leur destination est…

Sa qualité de vie exceptionnelle, son lac, son Jet d’eau, sa cathédrale, ses musées, ses organisations internationales, ses 427 morts inexpliquées.



Si tu passes dans le coin n’hésite pas à séjourner au Sécheron Palace, reconnaissable à la grande classe de sa devanture vitrée.

Note quand même que tu risques d’avoir un peu de souci à le trouver, même si tu quadrilles le quartier du Sécheron en long et en large, car ce bâtiment n’existe tout simplement pas.

Dans les chambres la télévision te souhaite la bienvenue tout d’abord en italien, avec en fond une superbe image du clocher de l’Hôtel de ville… de Lucerne.

Grüezi Genf!

Un groupe de fourmis électriques a décidé de faire péter l’accélérateur de particules du CERN (imagine juste un instant la gueule du scénariste qui a imaginé ça). Le groupe note sur une carte les positions des divers incidents causés par ces sympathiques hyménoptères mutants, entre la gare et un hameau gaulois appelé Les Pugins, dont les héros anglophones ont du mal à prononcer le nom.

On notera que le parc Trembley est mal orthographié, mais surtout que la position de l’accélérateur de particules est un bon kilomètre à côté de la plaque.

En effet, parmi ses installations, le CERN possède deux boucles. Tout d’abord le Super Proton Synchrotron (SPS), qui se trouve justement sous Les Pugins, et qui sert d’injecteur pour le célèbre Large Hadron Collider (LHC), dont la boucle s’effectue pratiquement en entier sous la France.

Les dégâts causés par les vilaines fourmis commencent à la gare Cornavin, la fameuse « Geneva Train Station » sur la carte. La personne qui arrivera à reconnaître le quai gagne un Internet, l’équipe de tournage a visiblement retiré les célèbres horloges qui font la fierté de nos chemins de fers, en plus de remplacer tous les trains CFF par d’horribles wagons gris et bleus.

Sans oublier la fumée d’ambiance, parce qu’en Suisse nos trains sont encore à vapeur

Seule scène basée sur une image crédible, la carte sortie d’on-ne-sait-où représentant les lignes de tramway qui traversent la ville.

Placardée dans la gare, logique.

Bien entendu la fiabilité des images ne rejoint pas le délire Mac Gyver de 1989, mais on s’en approche.


,     lundi 26 juin 2017

  Tu peux même laisser ton avis

Prends juste note que tout commentaire désobligeant, illégal, publicitaire, agressif, mal écrit ou tout simplement ennuyeux sera cruellement supprimé sans préavis, sans explication et sans excuse par le dictateur autoproclamé actuellement au pouvoir.

  Sur le même thème