Retour au blog

La société moderne met gracieusement à notre disposition toute une brouette de divertissements dans l’espoir d’extraire nos esprits déprimés de la morosité quotidienne, parmi eux on dénote la malbouffe, les drogues dures, les films pornos et les parcs d’attractions. Seulement il faut bien l’avouer, dans ce dernier cas passer du temps chez Mickey et tous ses amis est vite gonflant.

C’est sur ce principe qu’est sorti en 1973 le célèbre film « Westworld » qui narre l’expérience désastreuse d’un centre de loisirs peuplé de robots animateurs, dont un en particulier se découvre une vocation de psychopathe. Regarder ce film en entier demande du courage, mais tu peux toujours lire l’excellent article à ce sujet pour aller plus vite.

Si je te parle aujourd’hui de cette œuvre cinématographique dépassée c’est parce qu’elle vient d’être adaptée en série télévisée, le premier épisode a été diffusé sur HBO la veille de cet article, et franchement ça vaut carrément le détour. Tout les ingrédients sont réunis, du sang, plein de boobs, et des injures non-censurées.

westworld_tv_01

Même le nouveau logo claque sa race!

Donc, la série télévisée « Westworld » reprend le concept du parc d’attractions basé sur le thème du far-west. En extérieur c’est joli, bucolique, et ça fait tchou tchou avec plein de fumée de charbon cramé comme à l’époque. Parce qu’aujourd’hui disons-le clairement, les bons gros ‘muricains qui roulent en Hummer polluent vachement moins.

westworld_tv_10

Dans les sous-sols c’est plus hygiénique, et personne n’aimerait être le technicien de surface responsable du cirage de ce sol magnifique.

westworld_tv_12

Dans le saloon du village, un piano mécanique joue allègrement des mélodies anachroniques comme « Black Hole Sun » de Soundgarden, ou encore « Paint It Black » des Rolling Stones.

Les visiteurs appelés « guests » ou « newcomers » paient une fortune pour passer quelques jours au pays des cowboys, l’animation est garantie par des milliers de robots humanoïdes appelés « hosts » .

Les règles sont assez simples, les humains peuvent faire ce qu’ils veulent et les robots sont leurs souffres-douleurs.

Les lois de la robotique d’Isaac Asimov sont appliquées, comme dans presque tout film du genre d’ailleurs. Les androïdes ne peuvent donc pas faire de mal aux êtres vivants, en revanche l’inverse est autorisé, voire même encouragé. Chaque soir les techniciens ramènent donc à l’atelier les robots qui ont été flingués par les visiteurs, et vident les prostituées mécaniques dont raffolent certains déviants sexuels.

Une pétée d’acteurs recyclés font partie du casting, tous meilleurs les uns que les autres, surtout ceux qui incarnent des androïdes capables de changer immédiatement d’émotion sur simple pression d’un bouton de télécommande.

La liste commence par l’excellent Anthony Hopkins qui tient le rôle du docteur Robert Ford, créateur du parc et spécialiste de l’intelligence artificielle.

westworld_tv_03

Vient ensuite Evan Rachel Wood dans le rôle de Dolores Abernathy, la plus ancienne androïde du parc mise en service il y a trente ans, tellement rafistolée au fil des ans qu’elle parait neuve.

westworld_tv_09

L’acteur James Marsden joue Teddy Flood, un androïde qui vis une histoire d’amour avec Dolores Abernathy. Difficile quand on est remis à zéro chaque nuit et que chaque aspect de la vie est scénarisé.

westworld_tv_02

Il est surtout connu pour son rôle de Cyclops dans la saga des « X-Men » , mais on a aussi pu le croiser dans le film « Superman Returns » ou quelques épisodes de « Ally McBeal » .

L’acteur Ed Harris joue le The Man in Black, on ne sait pas trop ce qu’il est, juste qu’il a un but précis et qu’il met un beau boxon pour y arriver.

westworld_tv_11

Il était le Minister Wilford tout à l’avant du train dans le film « Snowpiercer » , et c’était également lui la fameuse voix au micro dans « Gravity » .

L’actrice Thandie Newton joue Maeve Millay, la robot-proxénète du saloon.

westworld_tv_04

Elle a notamment joué Nyah Nordoff-Hall dans « Mission: Impossible II » , ainsi que Laura Wilson dans « 2012 » .

L’américain Jeffrey Wright tient le rôle de Bernard Lowe, c’est lui qui programme les androïdes.

westworld_tv_07

Sa tête est surtout liée à ses rôles de Beetee dans la saga « The Hunger Games » et Felix Leiter dans deux James Bond, mais il a également tenu quelques rôles dans la série « Boardwalk Empire » ou encore « House » .

Jimmi Simpson joue un personnage sobrement dénommé William, un visiteur qui effectue sa première venue au parc.

westworld_tv_13

Son visage est surtout connu pour avoir joué Gavin Orsay dans « House of Cards » , mais on a aussi pu le croiser dans l’étrange film « Knights of Badassdom » , ou quelques séries comme « 24 » , « CSI: Crime Scene Investigation » ou encore « Person of Interest » .

La bande-annonce est déconseillée aux photosensibles.

Sous-titres faits maison, tu excuseras l'amateurisme

Comme indiqué en début d’article, un robot ne peut pas porter physiquement préjudice à un être vivant, ces braves machines ne feraient même pas de mal à une mouche.

Et puisque l’on parle de mouche, on ne manque pas de sursauter à la fin du premier épisode lorsqu’une représentante de l’espèce termine cruellement écrasée d’une claque sèche donnée par l’androïde Dolores.

Oups. Internal error, please press F1 to restart.

Tant qu’à faire dans la langue de Chris Brown (beaucoup mieux que le rappeur William Shakespeare), en anglais un insecte se dit « bug » . Tu saisis? Hein?

Heureusement pour nous autres pauvres humains faits de chair, une sécurité a été mise en place par les concepteurs des machines, une simple phrase qu’il suffit de prononcer met instantanément hors-service le robot qui l’entend.

Le film espganol « Eva » sorti en 2011 utilisait déjà cette technique dite de la « kill phrase » .

¿Qué ves cuando cierras los ojos?

(« Que vois-tu quand tu fermes les yeux? » )

Dans la même lignée onirique, les machines de Westworld réagissent à la phrase suivante, qu’il faut au passage avoir le temps d’envoyer lorsque l’on se retrouve en situation dangereuse.

May you rest in a deep and dreamless slumber.

(« Puisses-tu reposer dans un sommeil profond et sans rêves » )

Et voilà, l’androïde s’ét…


, ,     lundi 3 octobre 2016

  5 commentaires

  1. Bon, mais à part ça, il est où Yul Brynner?
  2. @foon : Yul Bryner c’est Ed Harris. Faut suivre un peu.
  3. C’est parce que Will Smith n’était pas disponible pour encore une fois jouer le Man in Black.
  4. J’ai beaucoup aimé le premier épisode, merci pour cette deuxième découverte (Apres Stranger things).
  5. Avec plaisir! 🙂

  Tu peux même laisser ton avis

Prends juste note que tout commentaire désobligeant, illégal, publicitaire, agressif, mal écrit ou tout simplement ennuyeux sera cruellement supprimé sans préavis, sans explication et sans excuse par le dictateur autoproclamé actuellement au pouvoir.

J'accepte que les données saisies, y compris personnelles, soient enregistrées sur ce site

  Sur le même thème