Retour au blog

Futuremonde

Sorti en 1976, le film « Futureworld » est la suite de « Westworld » apparu sur grand écran trois années plus tôt, la lecture de l’admirable article à ce sujet est conseillée pour l’entretien de tes petits neurones désemparés.

Un mec aveugle et bourré n’a rien trouvé de mieux que de traduire le titre en « Les Rescapés du futur » , alors que celui choisi pour cet article est en toute impartialité bien meilleur.

L’histoire se passe quelque années après la tragédie du premier film et ses 145 décès brutaux, le centre de loisir Delos a rouvert. C’est la même technique employée par la série des « Jurassic Park » pratiquement deux décennies plus tard, tout a gravement merdé mais il suffit de changer quelques bricoles pour relancer l’affaire. Après tout, qu’est-ce qui pourrait se passer de mal?

futureworld_01

Le générique d’introduction dure six heures, c’est du moins l’impression ressentie quand la caméra zoome de manière interminable et branlante sur la pupille d’un des acteurs.

La suite se fait après l’habituelle…

Deux journalistes qui ne peuvent pas se blairer sont envoyés sur place pour documenter l’endroit, dès le départ tu sens qu’ils vont finir ensemble, et ça ne loupe pas. Avec eux voyagent un grand nombre de chefs d’états, ou des personnes de pouvoir.

futureworld_02« Devine qui je vais pécho bébé! »

Le rôle de la journaliste est interprété par Blythe Danner, si son visage te dis quelque chose c’est probablement grâce à la transmission de son code génétique à sa fille, Gwyneth Paltrow.

Le parc a été restructuré, la partie de Westworld a été abandonnée, nous n’avons droit qu’à quelques prises de vues des ruines qui rappellent quand même que ce navet est une suite.

futureworld_09

Les nouvelles zones sont Roman World, qui comme son nom anglois l’indique est une reconstitution de la Rome antique. Vient ensuite Medieval World, l’Europe au treizième siècle. En troisième place Spa World, un « jardin des plaisirs » . Puis enfin Futureworld, une station spatiale pour les amoureux de l’espace sans apesanteur.

futureworld_04

Comme dans le premier opus, le sexe avec les machines est énormément mis en avant, les gens en parlent de manière naturelle et s’en vantent même, comme si forniquer avec du plastique était la plus excitante des actions.

futureworld_18Et tout ça pour 1200 dollars par jour seulement

L’intérieur des machines est toujours bourré de fils électriques colorés et de petites cartes électroniques, les techniciens tripatouillent tout ce beau bordel sans avoir vraiment l’air de savoir ce qu’ils font.

futureworld_05La césarienne s’est bien passée, on va l’appeler Raspberry Pi

Une histoire parallèle à l’intérieur du film nous montre le clown de service, le gagnant d’un jeu télévisé qui semble sous exctasy dans chaque scène. Cinquante-mille balles et un billet pour Delos, que demander de plus?

futureworld_17Avec démonstration de pole dance offerte en arrière-plan

Il part même faire du ski sur une réplique de la surface de Mars. Tous les passagers sont vêtus d’horribles combinaisons jaunes en velours côtelé, avec des bosses disgracieuses sur le torse, le dos et même les genoux.

futureworld_06Super confortable pour les mouvements sportifs

Tu apprendras d’ailleurs dans ce film que sur Mars, la neige est rouge.

Retour sur nos deux journalistes qui vont visiter la nouvelle salle de contrôle. Ils apprennent que tous les techniciens sont des robots, mais attention ce sont des modèles 700, ouf alors.

futureworld_07Comme ça plus de risque d’asphyxie comme dans le premier film!

Les modèles 500 servent de barman ou de putes (littéralement), les 400 s’occupent des tâches basiques comme la maintenance et n’ont pas de conscience. Il semblerait que le modèle 600 soit absent, les fabricants ont sans doute sauté cette version par superstition satanique.

Partout on retrouve ces vieux écrans, et des mètres carrés de boutons aux fonctions énigmatiques. Les acteurs qui jouent les robots tentent désespérément d’avoir le regard vide pour simuler la froideur informatique.

futureworld_14Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques?

La question est, pourquoi utiliser des robots à l’apparence humaine pour manipuler des ordinateurs? N’aurait-il pas été plus simple d’injecter directement l’intelligence des robots dans l’unité centrale et effectuer les actions grâce à des servomoteurs, gagnant au passage quelques millions sur le budget et la consommation électrique.

En parlant d’électricité, grand classique dans les films d’anticipation des années 70, les tableaux avec plein de lumières qui clignotent. Va trouver à quoi chacune d’entre-elle peut servir, le tout est en plus agrémenté de sons synthétiques affreux.

futureworld_16

Nos deux héros se retrouvent face à un de ces tableaux, la meuf appuie au bol sur trois boutons parmi la centaine et gros coup de bol, elle arrive à ses fins.

futureworld_10« Oh mon dieu Chuck, l’ampoule 638 a clignoté! »

Petite parenthèse dans l’histoire avec la machine à lire les rêves. Notre héroïne coiffe un élégant casque de lecture des ondes cérébrales qui rappelle celui utilisé par Emmett Brown dans l’excellent « Back to the Future » , tiens donc.

futureworld_11« Devine à quoi je pense hi hi hi! »

À peine les yeux fermés, elle se met immédiatement à fantasmer sur le Gunslinger vu dans le premier film, sous les yeux de tous les techniciens qui observent et enregistrent son rêve. Respect de la vie privée, néant. La scène langoureuse dure plusieurs minutes interminables et ne se cache même pas de n’être qu’une excuse pour faire figurer Yul Brynner au générique.

futureworld_12Scène de bondage incluse

Seulement voilà, comme dans tout parc d’attraction se cache une terrible vérité derrière les façades aux apparences oniriques. Les visiteurs importants sont enlevés durant leur sommeil afin que leur ADN soit extrait, dans le but final de les remplacer par des clones manipulables et contrôler ainsi le monde.

futureworld_19Très pratiques les combinaisons rouges, si le sujet pisse le sang ça ne se voit pas

Franchement, pourquoi ne pas simplement leur faire un frottis des muqueuses buccales? Voire discrètement prélever un cheveu sur un peigne?

Je ne te montre la bande-annonce que maintenant, car elle révèle pratiquement tout le film, y compris l’intrigue principale. Avec beaucoup de courage tu peux cliquer sur le bouton de lecture.

Au final, nos héros dévoilent l’affaire aux médias et s’en sortent indemne, le signe d’adieu du journaliste aux responsables du parc résume bien la qualité du film.

futureworld_13Phoque!

Tu dois à présent probablement ressentir l’envie irrésistible de regarder cette œuvre cinématographique, mais dans ce cas tu auras juste perdu cent minutes de ta vie dans un gouffre d’interrogations quant au sens de ta propre existence.


,     mardi 16 août 2016

  5 commentaires

  1. > La question est, pourquoi utiliser des robots à l’apparence humaine pour manipuler des ordinateurs?

    Ouaih, je te suis sur l’interrogation.
    Pendant toute cette époque, la confection d’interface et d’ordinateur est juste un « vite fait » (on va prendre plein de truc qu’il y a sur un ordinateur contemporain, comme des loupiottes et des lecteurs de bande magnétique, et on va en remplir toute une salle géante pour faire « plus grand » et donc « plus puissant » et par conséquence « plus futuriste »)
    A opposer aux films de science-fiction récents qui engage des vrais designer pour penser des interfaces.
    (Ca commence avec les vieux start-trek et leur LCARS avec des *vrais consultants* designers engagé pour inventer une interface futuriste. Jusqu’à l’autre extrême comme District 9 ou les artistes se sont lancé dans plein de concepts barjo d’hologrammes).

    Dans un autre style, je trouve beaucoup plus chouette la justification de Ghost in the Shell pour les « pas smartphones » et les terminaux « écran CRT+clavier » dignes d’un minitel.

    Dans un monde cyberpunk comme GitS, ou n’importe qui peut directement se connecter l’esprit aux machines, à quoi bon moderniser les interfaces ? Tout le monde utilise une connection directe, un « HUD » pour les infos, etc.
    Les téléphones ne sont pas des smartphone avec des écrans tactile, c’est des bêtes flip-phone avec un écran pourri et un clavier qui servent de backup, et un jack pour connecter l’esprit comme interface principale.
    Il n’y a plus vraiment d’ordinateurs à proprement parler. Les gens se connectent directement l’espris au réseau. Ca ne sert à rien d’inventer des écrans plats ni même des souris.
    Il y a juste quelques vieux écran pourri monochrome et clavier lourds qui cliquettent qui servent de backup/interface auxiliaire (dans le bureau du hacker professionnel, par exemple), ou qui servent de solutions pour les quelques situations sensibles ou il est préférable de garder une séparation physique
    (p.ex.: le chef de la section)
    et même la, des adaptations spéciales sont montrée
    (les synthétiques qui servent de secrétaires dans le QG utilisent beaucoup plus de boutons et sont équippée de mains spéciales extensibles pouvant tapper plus de boutons à la fois).

    Ca c’est un film qui a su contourner le problème de vieillissement de l’anticipation de manière originale et créative et activement intégrer le « Zeerust » dans le design:
    – on va intentionnellement garder que des trucs rétro parce qu’une modernisation n’aurait pas eu de sens dans cet univers…
  2. Ouais là je pense que c’était surtout une question de budget, parce que contrairement à certaines séries comme « Äkta Människor » il n’ont même pas ajouté un maquillage qui donne un effet de peau artificielle aux acteurs qui jouent les robots.

    Comme tu dis dans le futur je pense que les interfaces manuelles seront abolies, rien qu’à notre époque les claviers/souris font déjà vieillot.

    Sinon merci pour ton énorme commentaire! Je ne pensais pas qu’il y aurait même un « lol » sur ce genre d’article. 😉
  3. lol
    (puisqu’il en fallait un) 😀
  4. Si ça continue comme ça je vais devoir engager du monde pour gérer le flux des commentaires, merci Willy ! 😛
  5. La neige rouge sur mars, je kiffe, c’est super bien fait. Tellement réussi que leur jolie combinaison jaune rougit… A méditer à l’heure où on cherche à envoyer des hommes sur mars, ils pourraient bien revenir changés…!

  Tu peux même laisser ton avis

Prends juste note que tout commentaire désobligeant, illégal, publicitaire, agressif, mal écrit ou tout simplement ennuyeux sera cruellement supprimé sans préavis, sans explication et sans excuse par le dictateur autoproclamé actuellement au pouvoir.

J'accepte que les données saisies, y compris personnelles, soient enregistrées sur ce site

  Sur le même thème