Retour au blog

Philip K. Dick a été l’un des auteurs de science-fiction de référence du siècle passé, adepte des substances chimiques prohibées il est un des partisans de la grande question « Qu’est-ce qui est réel ? » . Un film qui remet la réalité en question est d’ailleurs dit « dickien » (citons en vrac « eXistenZ » , « Matrix » ou « Inception » ).

Un grand nombre des romans de Philip K. Dick ont été adaptés au cinéma, ce fut par exemple le cas pour « Do Androids Dream of Electric Sheep? » qui a donné le cultissime « Blade Runner » , ou « We Can Remember it for You Wholesale » en « Total Recall » , « Second Variety » en « Screamers » (alias « Planète Hurlante » en français), ou finalement « Minority Report » dont le titre est resté cette fois inchangé.

Tout récemment, c’est le roman « The Man in the High Castle » (« Le Maître du Haut Château » ) qui a été porté à l’écran, mais en série télévisée cette fois. Dix épisodes qui suivent le récit original, avec quelques modifications subtiles qui n’altèrent en rien la trame profonde.

man_high_castle_cover

L’histoire est un récit uchronique, c’est à dire dans un monde différencié du notre par la modification d’un événement passé: En 1947, l’Allemagne nazie et l’Empire du Japon remportent la Seconde Guerre mondiale, le détail lourd de conséquence.

Les États-Unis sont occupés et partagés en deux. L’est est contrôlé par l’Allemagne (« Greater Nazi Reich » ) alors que l’ouest est gouverné par le Japon (« Japanese Pacific States » ). La partie centrale du continent est une zone neutre dans laquelle se réfugient les handicapés, les trisomiques, et tous ceux qui cherchent à échapper à l’épuration ethnique.

high_castle_01

La planète entière se résume au continent nord-américain, comme dans tout bon film de l’oncle Sam qui se respecte. God bless ‘Murica!

Afin d’assurer la promotion de la série en novembre 2015, des rames du métro de New York avaient été décorées avec goût afin de mettre les passagers à l’aise, provoquant évidemment une belle polémique malgré les symboles illégaux retirés.

Mais revenons-en au scénario de base. L’action se passe en 1962, Adolf Hitler est un vieillard malade et les tensions politiques entre l’Allemagne et le Japon sont en augmentation.

man_high_castle_tv

Du côté boche, pour se dire bonjour les gens balancent un « heil Hitler » en se serrant la main, des personnes disparaissent sur un simple soupçon de dissidence, « la liberté est sous contrôle » , pour paraphraser le slogan de la série.

La technologie est à la pointe dans le Greater Nazi Reich, les avions sont supersoniques, la technologie allemande est mise en avant comme une grosse publicité.

man_high_castle_plane

La croix gammée est omniprésente, des drapeaux partout, sur les vêtements, les véhicules, et même sur les cadrans des téléphones.

man_high_castle_phone

Dans ce beau petit bordel, un groupe de résistants tente de sécuriser les images d’un film mystérieux appelé « The Grasshopper Lies Heavy » (« Le Poids de la sauterelle » en français), créé par l’énigmatique « Man in the High Castle » .

Ce film contient d’étranges images, on y voit en effet un monde invraisemblable dans lequel l’Allemagne et le Japon auraient perdu la guerre. Dingue non?

high_castle_02

Une superbe mise en abyme qui renvoie le spectateur face à cette réalité qui est la sienne, mais pas celle des protagonistes.

Le générique est en lui-même un monument, la chanteuse suédoise Jeanette Olsson interprète « Edelweiss » sur un ton doux qui contraste complètement avec l’ambiance opressante d’occupation et les images de guerre en noir et blanc.

Des images virtuelles sont projetées sur des monuments réels, tu kiffes le concept dickien là?

Les paroles s’adressent à cette edelweiss « blanche, propre et brillante » , puisse-t-elle « s’épanouir et grandir » , pour finalement « bénir ma patrie éternellement » .

Edelweiss, Edelweiss
Small and white, clean and bright
Blossom of snow, may you bloom and grow
Bloom and grow forever
Edelweiss, Edelweiss
Bless my homeland forever

Tout le monde y verra évidemment un double-sens qui effectue la promotion de la prétendue race aryenne.

L’ironie a été de détourner la chanson originaire du film « The Sound of Music » (« La Mélodie du bonheur » ) qui faisait de manière plus noble référence à la famille.

D’un point de vue recyclage d’acteurs nous sommes servis, attention avant de continuer, cet article contient quelques légers spoilers.

L’actrice franco-américaine Alexa Davalos interprète Juliana Crain, l’héroïne impliquée dans la recherche de la fameuse pellicule suite à l’exécution de sa sœur Trudy qui en possédait un exemplaire.

man_high_castle_09

Elle a tenu différents rôles, comme celui de Kyra dans « The Chronicles of Riddick » aux côtés de Vin Diesel. Elle était aussi la caissière Sally dans le supermarché du film « The Mist » , Andromède dans « Clash of the Titans » ou encore Gwen Raiden dans la défunte série « Angel » .

L’américain Luke Kleintank joue Joe Blake, un soldat nazi agissant sous couverture, et dont la mission est de récupérer le fameux film.

man_high_castle_08

Sa tronche fera sursauter les midinettes, puisqu’il était Elliot Leichter dans « Gossip Girl » , ou encore Noah Newman dans « The Young and the Restless » (« Les Feux de l’amour » ).

Les deux comparses traverseront le pays ensemble dans une relation platonique, Juliana Crain persuadée que Joe Blake est un résistant.

man_high_castle_20

Une tête bien connue en la personne de DJ Qualls, qui joue le rôle de Ed McCarthy, un bon gars un peu trop émotif qui protège à tout prix son pote Frank, le mec de Juliana Crain resté comme un con sans nouvelles à leur maison.

man_high_castle_11Ed McCarthy (DJ Qualls) et Frank Frink (Rupert Evans)

DJ Qualls symbolise surtout le personnage de Kyle Edwards dans « Road Trip » , avant de devenir Johnny dans « Lost » , Citizen Z dans l’actuelle « Z Nation » . Il a également effectué plusieurs apparitions dans « Numb3rs » , « Monk » , « Breaking Bad » ou « Supernatural » .

L’acteur nippo-américain Cary-Hiroyuki Tagawa joue le premier ministre Nobusuke Tagomi, dirigeant de la partie japonaise du continent.

man_high_castle_12

Le monde a découvert cet acteur lorsqu’il a interprété Chang dans « The Last Emperor » , mais certains fans auront surtout reconnu Shang Tsung dans « Mortal Kombat » ou encore Heihachi Mishima dans « Tekken » .

L’excellent acteur Rufus Sewell tient le rôle de l’Obergruppenführer John Smith, c’est lui qui dirige la mission de Joe Blake.

man_high_castle_07

Son visage est celui du héros John Murdoch dans le sombre mais incroyable « Dark City » , il était également Tom Builder dans la mini-série « The Pillars of the Earth » .

L’antiquaire Robert Childan est joué par l’acteur américain Brennan Brown, ce personnage va prendre un malin plaisir à vendre des contrefaçons à l’envahisseur nippon.

man_high_castle_13

Cet acteur campait l’agent spécial Nicholas Donnelly dans la série « Person of Interest » , il a également effectuée quelques apparitions dans « Breaking Bad » , « Ugly Betty » ou « Gossip Girl » .

Le Marshal est un chasseur de prime sans scrupules, c’est l’acteur Burn Gorman qui assure la charge.

man_high_castle_05

Il était Karl, un membre de la Night’s Watch dans « Game of Thrones » , Gottlieb dans « Pacific Rim » ou encore Stryver dans « The Dark Knight Rises » .

En fin de compte, les dix épisodes de « The Man in the High Castle » sont d’un graphisme incroyable et se regardent passionnément, le spectateur est rapidement pris par l’intrigue et cette vision du monde qui n’est pas la sienne.

La dénomination de série « fantastique » ne se prête qu’aux dernières secondes du dernier épisode, les détracteurs de ce style peuvent donc profiter de cette fiction magnifique qui leur est offerte en toute quiétude.

Mais est-ce vraiment une fiction?


,     jeudi 17 décembre 2015

  5 commentaires

  1. Pour moi, Rufus Sewell est surtout le comte Adhémar d’Anjou, « le méchant » dans le filme Chevalier (A Knight’s Tale), une jolie histoire qui ne se prend vraiment pas au sérieux.
  2. Sur la liste des roman de Philip K Dick adapté au cinéma, il y a aussi « The Golden Man » au sujet d’un mutant qui peut voir le futur qui a été adapté en « Next » avec Nicolas Cage.

    Mais bon, c’est pas la plus brillante adaptation de Dick, donc c’est un peu normal qu’on l’oublie.
  3. Les gens devraient un peu plus respecter l’acteur qui a joué dans le dernier Star Wars.

    cage_awakens
  4. Encore une excellente série que je découvre grâce à toi, je te remercie bien bas alors que je dévore les premiers épisodes 🙂
  5. Avec plaisir !

  Tu peux même laisser ton avis

Prends juste note que tout commentaire désobligeant, illégal, publicitaire, agressif, mal écrit ou tout simplement ennuyeux sera cruellement supprimé sans préavis, sans explication et sans excuse par le dictateur autoproclamé actuellement au pouvoir.

J'accepte que les données saisies, y compris personnelles, soient enregistrées sur ce site

  Sur le même thème