Retour au blog

L’humain est un animal social, mais curieusement faire des rencontres est beaucoup plus compliqué qu’il n’y parait.

La caste maudite des introvertis débute avec un sérieux handicap de départ, contrairement à son opposé dénué de toute inhibition dont les membres finissent d’ailleurs fréquemment catalogués en tant que délinquants sexuels sur madmoiZelle. Dans tous les cas le juste milieu n’est pas si simple à atteindre, que l’on parte d’une extrémité ou de l’autre.

Heureusement, il existe une foultitude de moyens techniques pour pallier à cette dégénérescence sociale, tu te souviendras ainsi peut-être des déboires de ton serviteur sur le célèbre site Adopte Un Mec.

Trop lent, trop lourd, place à la rapidité des applications mobiles d’ultraspeed dating, qui sont aux rencontres ce que Mac Donald est à la haute gastronomie. On mise tout sur la quantité bon marché, voire gratuite.

Il existe une version mobile d’Adopte Un Mec, mais l’utiliser en tant que mâle revient à se taper un message d’interdiction d’entrée neuf fois sur dix, afin de soi-disant respecter une parité des sexes qui disparait mystérieusement en payant un abonnement mensuel.

aum_mobileL’argent résout tout

Mis de côté donc.

Dans le lot testé des fast-meet on notera du meilleur au pire: Voo (signé Lovoo), Blendr (signé Badoo, application non obligatoire), Tinder et finalement Hot or not.

tinder_01

Je sais que les icônes ne sont pas dans l’ordre, ta gueule.

Le concept est simple, rapide et extrêmement cruel: Une photo de la personne apparait, si cette vision provoque en toi un afflux sanguin dans tes parties intimes alors tu glisses l’image vers la droite pour l’approuver, sinon vers la gauche. Parfois le sens s’inverse selon l’application, les faux mouvements par habitude sont du coup vites arrivés et amènent à des situations délicates difficilement récupérables.

Dans le cas improbable où l’élue de ton caleçon cœur a eu la même réaction à ton sujet vous aurez alors une concordance divine appelée « match » , et vous serez autorisé à entamer une discussion.

Ne t’excite pas trop vite quand une belle femme t’aborde, ce sera dans la majorité des cas un arnaqueur qui ne veut de toi que ton argent.

Et là encore, c’est loin d’être gagné puisque l’on rejoint la situation habituelle dans laquelle le mâle porte sur son dos l’intégralité de la discussion. Tu peux essayer de faire de l’humour, écrire en bon français, rien n’y fait.

Allez, bonne chance!Allez, bonne chance!

Afin de garantir un minimum respect pour les protagonistes des réseaux susmentionnés, presque tous les visages et les noms de cet article seront masqués. Ce sera la seule retouche effectuée en plus d’un recadrage éventuel, ce que tu t’apprêtes à voir est réel.

Certaines de ces applications comme Blendr disposent d’un bouton permettant de dire facilement « merde » à la personne qui prend l’initiative de t’écrire, et ce sans avoir à taper la moindre lettre. C’est très pratique, en plus de représenter à merveille ce système sans pitié ni considération envers la sensibilité qui fait de nous des êtres évolués.

tinder_chat_cruel« Être bon prince » ou « Envoyer chier » , au choix

Le plus curieux étant de recevoir un « merde » juste après avoir écrit à une personne qui vient d’approuver une de tes photos, il faut probablement en déduire qu’à la vitesse où vont les choses elle a dû changer d’avis pendant les quelques secondes qu’il t’as fallu pour faire le premier pas.

Ne prends pas un refus personnellement, car il s’agit de l’action prédominante sur ce genre de réseau.

Le nombre de faux profils est hallucinant! Certains illustrent leur schizophrénie avec la photo grossière d’une page de magazine où l’on voit clairement le reflet du flash sur le papier glacé.

D’autres prennent carrément en photo l’écran de leur télévision sur lequel apparait une figure féminine, l’entrelacement des pixels est tellement visible qu’on se demande quel objectif peut bien avoir une telle manœuvre, on voit même parfois les bords du téléviseur et le logo de la chaine!

Une dernière catégorie enfin utilise sans même s’en cacher des images provenant des banques de données facilement trouvables en ligne.

Les véritables personnes (du moins au premier abord) prennent parfois le risque de s’afficher dans leurs éléments naturels, et c’est tout à leur honneur.

On trouve de tout, celle qui pose sur son tracteur, celle en habit traditionnel, enceinte, bourrée, masquée, déguisée, avec son enfant au visage découvert (alors que c’est interdit) et on y croise même parfois des copines mariées dont l’identité est à peine dissimulée, le tout entre un fichier corrompu et une assiette de nourriture qui semble contenir un excrément bovin.

La majorité des profils reste toutefois très normale, avec de vraies femmes qui ne prennent jamais contact avec toi, c’est d’ailleurs à ceci qu’on les reconnait.

D’autres plus avenantes mettent en avant leurs intentions graveleuses sans aucun complexe, la seule question dans ce cas étant de savoir si la prestation sera facturée ou non en cas de concrétisation. Si un courageux volontaire veut tenter l’expérience, qu’il s’annonce sur le champ.

On retrouve également les très classiques fanatiques de la SPA, des Brigitte Bardot qui s’affichent sans complexes en train d’embrasser ou simuler l’acte sexuel avec leur animal favori (chien, chat, bébé phoque), la pauvre bête se retrouvant parfois même seule sur l’image en tant que photo principale.

Dans ce dernier cas ne demande pas le but recherché, à moins d’essayer d’arranger une idylle entre son clébard et un zoophile je ne vois pas.

La dernière catégorie des cajoleuses de carrosseries et autres gold digger peut paraitre attrayante au premier abord, cependant les pauvres hères qui ont du mal à boucler leurs fins de mois devront passer leur chemin.

Suite logique dans cet univers bien particulier où tout n’est qu’apparence et simulacres.

Dans cette jungle moite et hostile, le Tarzan de pacotille devra comme de coutume passer de nombreuses heures à presser frénétiquement les petits cœurs avant d’espérer obtenir une réponse favorable. Le taux de rendement entre apprécier et être apprécié est catastrophique, même si tu as fait l’effort de te rendre présentable sur les images qui te servent de vitrine.

Ne va jamais voir les notes que les visiteurs donnent à tes photos, se manger une moyenne au ras du sol n’est jamais bon pour le moral.

Certaines techniques existent pour se mettre en avant et apparaitre un peu plus souvent dans les choix soumis aux personnes du sexe opposé, mais ce genre d’opération a toujours un coût rébarbatif et le retour sur investissement est quasiment nul.

Les moyens de paiements via la facture de téléphone simplifient le processus à son paroxysme, en un seul clic te voilà gratifié de titres bidons comme « VIP » ou « Platinum Member » . C’est fourbe.

Ne paie jamais pour un service de rencontre, on essaie juste de te vendre de l’espoir en profitant de ta misère sentimentale ou sexuelle. Le résultat ne sera jamais à la hauteur de tes attentes.

Au final, que faut-il retenir de ces applications? Rien de positif, mais on s’y attendait sincèrement un peu quand même.

Tout d’abord la référence en la matière, Tinder, et on a du mal à savoir pourquoi. L’application bouffe plus de la moitié de la batterie, même quand on ne l’utilise pas, un tueur de tâches comme l’excellent Greenify est indispensable.

tinder_batterie

Hot or Not, tu votes pendant deux semaines sans aucun retour. Blendr quasiment pareil. Le point commun à tous ces systèmes est la quantité phénoménale de faux profils, ou mensongers dans le meilleur des cas. En fin de compte seul le couple Lovoo/Voo se démarque un peu du reste, et encore.

À force de tout vouloir rapidement on finit par ne rien avoir, et ce n’est finalement pas plus mal. Qualité et rapidité sont définitivement deux éléments incompatibles.

Donc on désinstalle tout, et on sort voir des gens. Des vrais.


,     mardi 11 novembre 2014

  14 commentaires

  1. T’as quand même 5 intérêts en commun avec la madame sur son canap léopard. Quand même.
  2. Probablement manger, dormir, boire, aller aux toilettes et se laver.
  3. Bref, se trouver un hobby (p.ex.: genre ski) et socialiser avec les autres personnes qui le pratiquent (p.ex.: shots au bar d’après-ski) ce qui est simplifié grandement par le fait qu’on a les mêmes intérêts et des sujets de conversation commun (p.ex.: bon, alors, on la fait cette photos à poile dans la neige) reste le moyen le plus sûr de faire des rencontres.

    Bon après si tu n’a exclusivement que des hobby excentriques (membre de la guildes des collectionneurs de rognure d’ongles de Johny Halyday), c’est peut-être un poile plus difficile. Idem si tu es membre de club réservé à seulement un sexe (VIP à la loge des gentelmen fumeurs de cigares), et que tu cherces un partenaire de sexe opposé (par contre quand tu es lesbienne, basketteuse et membre d’une équipe féminine, il parait que c’est le pied m’a-t-on rapporté).

    Mais sinon, Gaël, c’est quoi cette fixation sur les site/apps/etc. de rencontre?
    Tu vas pas non plus aller t’abonner à des cours de pick-up artistes?
  4. Faut bien s’occuper un peu.

    Là je viens de payer 3000 balles pour savoir comment emballer une japonaise avec J. Blanc, comme toute personne désespérée qui ne respecte pas le genre humain.
  5. excellent 🙂
  6. J’aime beaucoup tes bilans assassins de ce genre de système. Et ton commentaire sur les pick-up « artists ». Mais je me permets une remarque : je pense que  » recevoir un « merde » juste après avoir écrit à une personne qui vient d’approuver une de tes photos » peut être dû à « Parfois le sens s’inverse selon l’application, les faux mouvements par habitude sont du coup vites arrivés « , non ? Après tout, elles peuvent aussi avoir un compte sur chacun des sites, surtout si c’est gratuit…
    J’aime beaucoup les « intérêts » que tu cites. Sérieusement, tu aurais mis ça, et tu ne serais pas le seul ? Je demande à voir…
  7. @Manu


    @Viollette
    Merci pour tes remarques et compliments.

    Tu as parfaitement raison, il s’agit peut-être d’une erreur de manipulation de ces femmes qui changent d’avis plus rapidement qu’elles ne respirent. Cela peut ^également être dû à un concept assez simple et utilisé au bout d’un moment, par lassitude : on approuve tout le monde et on attend de voir qui nous écrit en retour, ensuite on trie.

    Tout ceci est bien entendu valable dans les deux sens, je n’ai que le point de vue masculin.
  8. Personnellement j’ai fait des rencontres très sympa avec Tinder et je n’ai croisé que très peu de faux profils (bon, je ne vis pas dans une grande ville, j’imagine que ça joue un rôle).

    Le seul vrai problème ce sont les personnes qui ne répondent pas, voire même qui continuent de liker vos photos tout en ignorant vos messages… sûrement que la disproportion hommes/femmes y est pour beaucoup.

    Bref, ce n’est ni tout blanc ni tout noir, on peut y trouver son compte ou pas.
  9. @Adrien
    Ça doit être moi alors, aucune expérience positive.

    Le mépris vient clairement de la parité inégale, j’ai discuté avec des femmes qui m’ont confirmé recevoir des dizaines de messages par jour, c’est ingérable de leur côté.

    On peut y trouver son compte, à condition d’y passer plusieurs heures par jour. Une condition qui n’est pas forcément très saine.
  10. A ce stade-là, claquer les 3000 balles en budget vodka, et passer plusieurs à boire shots, ça *reste plus sain*
  11. @Gael

    Encore une histoire de roux toussa…
  12. @DrYak
    D’après les récits de certains amis, une soirée dans laquelle tu consacres 3000.- attire énormément de femmes, qui ne seront en revanche clairement pas avec toi pour les bonnes raisons.

    @Willy
    Il dit qu’il n’a plus de genoux.
  13. Au risque de surprendre DrYak, j’ai une copine d’adolescence qui a rencontré son mari sur World of Warcraft. Je te dis pas comme j’ai ri quand elle m’a dit qu’ils passaient leurs week-ends à peindre des figurines. N’empêche, il a quitté sa natale Belgique pour venir ici et fabriquer ensemble trois jolis enfants (so far). Comme quoi.
  14. @Mlle-Cassis
    Les heureuses rencontres doivent bien finir par arriver, mais on parle de très rares cas. Pour rappel, dans ses heures de gloire World of Warcraft comptait plus de 10 millions de joueurs, ce qui donne un nombre statistique de rencontres extrêmement faible.

    Les applications de rencontres devraient avoir un rendement à la hauteur de ce qu’elles prétendent, et ce n’est clairement pas le cas.

    En ce qui me concerne, le plus gros soulagement avec ces applications a été au moment de la désinstallation massive.

  Tu peux même laisser ton avis

Prends juste note que tout commentaire désobligeant, illégal, publicitaire, agressif, mal écrit ou tout simplement ennuyeux sera cruellement supprimé sans préavis, sans explication et sans excuse par le dictateur autoproclamé actuellement au pouvoir.

J'accepte que les données saisies, y compris personnelles, soient enregistrées sur ce site

  Sur le même thème