Retour au blog

Ça y’est, le rouleau compresseur Netflix est enfin arrivé en Suisse depuis ce merveilleux matin du 18 septembre 2014. Si tu sors du coma à l’instant alors cet outil te sera probablement inconnu, tu auras heureusement fait le bon choix en venant ici.

Netflix est un système de streaming légal (diffusion en direct) américain, c’est même LE système de streaming par excellence, puisque la société compte 50 millions d’utilisateurs à travers le monde. En théorie cela permet de visionner à volonté une quantité incroyable de séries télévisées et de films, le tout pour un prix mensuel fixe tout à fait abordable.

Trois abonnements sont proposés:

Un accès sur 1 appareil en qualité standard
Un accès sur 2 appareils en simultané et haute définition
Un accès sur 4 appareils en simultané, en haute définition et définition 4K sur les programmes disponibles

Et comme tu vas rapidement le constater, les prix vont du simple au double selon le pays dans lequel tu te trouves.

netflix_03

Les américains paient ainsi respectivement 7.99 $ (7.51 CHF), 8.99 $ (8.45 CHF) et 11.99 $ (11.27 CHF) pour les trois abonnements à disposition.

Les Français un peu plus, soit 7.99 € (9.67 CHF), 8.99 € (10.89 CHF) et 11.99 € (14.52 CHF).

Une fois n’est pas coutume, le record est atteint par nous autres riches Suisses qui payons 11.90 CHF, 12.90 CHF et 17.90 CHF. Soit 20% de plus que les Français, et 60% de plus que les américains.

Cela en vaut-il vraiment la peine? Hélas non, en pratique c’est malheureusement un autre son de cloche puisque le catalogue proposé en Suisse respecte la triste loi dite de la chronologie des médias.

La chronologie des médias est la règle définissant l’ordre et les délais dans lesquels les diverses exploitations d’une œuvre cinématographique peuvent intervenir. Cette réglementation a essentiellement pour but la sauvegarde de l’exploitation en salle des films. Ce n’est en effet qu’après une durée déterminée que les autres formes d’exploitation (vidéo à la demande, télévision…) sont autorisées.

Source: Wikipedia

En bref, tout le contenu de Netflix disponible chez nous date d’au minimum trois ans, trente-six mois à se faire oublier au fond d’une cave, et si c’est positif pour du pinard ça ne l’est clairement pas pour des séries télévisées.

netflix_01

Prenons l’exemple de la célèbre série américaine « The Big Bang Theory » dont la huitième saison commence dans une semaine, sur Netflix seules les cinq premières sont disponibles.

Hormis les prix le résultat n’est pas vraiment à la hauteur des espérances, et sachant qu’en Suisse le téléchargement illégal n’est pas puni il y a fort à parier que les aficionados de séries américaines qui ont utilisé cette technique jusqu’ici vont continuer à faire de même.

Au final l’expérience reste une grosse déception qui n’est pas vraiment de la faute à la société Netflix, mais qui est plutôt due à ces lois européennes stupides. Nous autres consommateurs sommes prêts à payer pour du contenu chargé légalement, mais rien ne bougera tant que les ayants droits resteront cloitrés dans une époque révolue.


,     jeudi 18 septembre 2014

  12 commentaires

  1. Concernant le prix, j’allais m’attendre à beaucoup plus et sincèrement comparé à d’autres offres pour un catalogue moins bien fourni et qu’il faut encore débourser une dizaines de CHF pour de la HD, je suis relativement très content. Je pensais que j’allais payer environ 30CHF par mois. Et puis les français, ils paiement leur iPhone 6 beaucoup plus que nous nah :P.

    Concernant le choix du catalogue, j’ai changé la langue de mon Netflix, qui par défaut était en français vers l’anglais. Du coup je me suis retrouvé avec un catalogue beaucoup plus fournis que celui de base. Dont notamment House of Cards et la sixième saison de The Big Bang Theory, même si en effet nous souhaiterions avoir le même qu’aux US.
  2. C’est effectivement complètement couillon.
  3. @Yvan
    D’un avis personnel, s’ils veulent percer le marché ici il faudra sortir les séries télévisées en même temps que leur diffusion aux États-Unis, et les films en même temps que leur sortie en DVD/Blu-ray.

    @Nekkonezumi
    On va voir si ça mayonnaise va prendre, mais à mon avis ils vont avoir du mal. Ce sera en tout cas sans moi.
  4. Plus facile de développer que sur Twitter 🙂 Bref.

    Je suis persuadé que cela va changer. Et très vite… Plusieurs raisons à cela :

    1. Il y a beaucoup d’argent en jeu : Mais BEAUCOUP. Et, en règle générale, quand il y a du business à la clé, on peut faire confiance aux mastodontes pour mettre tout leur poids dans la bataille. Parfois, cela dessert le client. D’autre fois, cela nous arrange bien.

    2. Une loi, ça se contourne : Et plus elle est ancienne, moins elle est adaptée au média qu’elle vise à contrôler. Si j’en crois ta source (Wikipedia ;)), on parle de la fin des années 90 pour la Chronologie des Médias. Netflix envoyait encore des DVDs par la poste à cette époque… Je suis persuadé qu’ils ont déjà identifié une vingtaine de failles, des plus simples aux plus cyniques. Pas nécessairement lié, mais je ne peux m’empêcher de penser au récent cas de la loi dite « Amazon » en France visant à interdire, entre autre, les livraisons gratuites pour les sites de e-commerce. Ca a pris des mois pour mettre en place cette loi… Le lendemain, Amazon passait ses frais de port à 1 centime d’Euros. Point réglé en deux clics.

    3. Cette pratique bride un commerce légal sans impacter l’offre illégale : En gros, les différents acteurs du marché vont se battre un moment. Pour finalement se rendre compte que, pendant qu’ils s’écharpent, les utilisateurs continuent à downloader leurs séries en torrent. Et tout le monde va doucement se rendre compte que les temps ont changé et que c’est tout le mode de fonctionnement du système qui doit être repensé. Le milieu du jeu vidéo a connu une mutation similaire ces dernières années avec l’arrivée massive des free to play : on est passé d’un mode où l’achat payant souffrait du piratage à un mode gratuit (pourquoi pirater un jeu gratuit ?) poussant le joueur à effectuer des micro-transactions. Quelque chose qui semblait impensable il y a quelques années est devenu le mode de fonctionnement le plus rentable actuellement.

    Anyway, ça tombe bien, il nous suffit d’attendre quelques mois pour voir ce qui va se passer. On sort le pop-corn, on s’installe confortablement et on profite du spectacle 🙂
  5. @StephSinalco >On sort le pop-corn:

    Tu fais référence à « Popcorn Time » ? 😀



    Plus sérieusement:
    Oui, je pense aussi que NetFlix va avoir intérêt à trouver un contournement.
    Que ca soit un abonnement différent (qui soit officiellement reconnu à une position différente dans le classement), en passant par diverse forme de négociation, en allant jusqu’à l’extrême, avec NetFlix qui s’impose en faisant les associations de cinéma et les entreprise de TV (au niveau européen, il n’y a pas de loi, seulement des recommendations de convenir entre les partis concerné) et au final la convention vol en éclat.

    C’est possible, Apple a bien réussi à casser pas mal d’habitude (notamment au niveau du prix de la musique et de l’absence de protection à la copie). Peut-être que Netflix aura une position suffisamment dominante dans le marché pour apporter du changement aussi…


    …et en attendant, il y a toujours PirateBay 😛
  6. @StephSinalco & DrYak
    Merci pour vos commentaires !

    Cette loi est en vigueur depuis très longtemps, bien ancrée, et il y a peu de chances que ça change selon moi. Si Netflix ou tout autre grosse société qui a du poids ne fait pas une grosse pression alors rien ne changera.

    Pour rivaliser avec Pirate Bay il faudrait que les épisodes soient disponibles dans les douze heures après leur diffusion télévisée, et on en est encore bien loin.
  7. Excellent article. En effet, la Suisse fini toujours pas payer beaucoup plus pour beaucoup moins. Avec l’appat du gain, Netflix a aussi vendu des droits televisuels à certaines chaines de leurs séries à succès. Du coup maintenant ils sont coincés. On parle ici d’un monde des années 90. Et encore je ne parle pas de la gestion des langues pour la Suisse.
  8. @Jose
    Merci!

    Le retard des lois par rapport à la technologie est tout bonnement impressionnant, et personne hormis les utilisateurs ne semble s’en soucier.
  9. Je plussoie totalement ton point de vue !

    En revanche, j’ai un petit espoir que la législation s’adapte. D’abord parce que je ne crois pas aux systèmes figés (du moins, je ne crois pas à leur survie sur le long terme), ensuite parce que l’industrie musicale a, elle, appris de ses erreurs. L’offre n’est pas parfaite, il reste des traces persistantes de foutage de yeule caractérisé (typiquement, certains albums dispos aux US et nulle part ailleurs… vous êtes sûrs que vous avez bien compris comment ça marche Internet les mecs ?), ils n’ont pas encore TOUT compris mais ça avance. Donc j’ai bon espoir que les séries prennent le même chemin.

    Par contre ça va être long. Du genre LONG VENER.
  10. Quand tu vois que les mecs ont mis 15 ans avant de fournir une offre légale de téléchargement de musique, je pense effectivement qu’on n’aura pas de solution correcte avant un bon moment.
  11. Tu peux avoir accès à la bibliothèque US en utilisant un VPN comme Cyberghost, depuis un compte suisse. J’ai essayé et ça fonctionne.
  12. @5ieme
    Configurer un VPN depuis une télévision est trop compliqué pour le commun des mortels.

    Quel est le délai entre la sortie d’un épisode US et sa disponibilité sur Netflix? Si plus de quelques heures alors le système actuel de Torrent reste supérieur.

  Tu peux même laisser ton avis

Prends juste note que tout commentaire désobligeant, illégal, publicitaire, agressif, mal écrit ou tout simplement ennuyeux sera cruellement supprimé sans préavis, sans explication et sans excuse par le dictateur autoproclamé actuellement au pouvoir.

J'accepte que les données saisies, y compris personnelles, soient enregistrées sur ce site

  Sur le même thème