Retour au blog

Lausanne a été élue hier ville la moins sûre de Suisse, raflant ce trophée qui jusque là était plutôt réservé à des coupes-gorges comme Genève. Cette dernière est en effet tout récemment descendue dans le classement par la faute d’une baisse du taux de criminalité.

Heureusement, les médias locaux savent relater les nouvelles avec toute l’objectivité nécessaire.

wpid-manchette_gva.jpg

À gauche la vison du voisin vaudois, à droite l’interne.


, , ,     mardi 25 mars 2014

  9 commentaires

  1. Je dirais plutôt: à gauche la presse à scandale, à droite le journalisme à peu près sérieux…
  2. C’est vrai que « Le Matin » a toujours privilégié les titres qui choquent, il faut bien vendre après tout.
  3. Je me suis fait la même réflexion en voyant les manchettes cote à cote ce matin, j’avais même prévu un partage sur mon mur avec un commentaire quelque peu acerbe! Bref, Même pas mal, le site qui dégaine plus vite que mon iPhone!

    T’aurais quand même pu instagrammer le tout, ça aurait été joli les manchettes du jour sur un ton sépia avec des trous de pellicules sur les côtés!
  4. J’ai tenté Instagram sur ce coup, mais le format carré m’a vite découragé.
  5. OU à gauche un journal de gauche et à droite un journal de droite aussi 😉
  6. Franchement, vu le taux *global* de criminalité en Suisse par rapport aux autres pays, je me demande franchement à quel point on peut réellement parler de taux de criminalité, de hausse et baisse, etc.
    et à quel point on n’est pas plutôt en train de s’exciter devant des micros-fluctuations due a la rareté globale.

    Genre il se trouve que c’est cette année qu’il y a eu 1 crime significatif à Lausanne, alors qu’à Genève, il s’en est produit 1 il y a deux an. Tu vas vraiment parler de « diminution » et de « classement » (Parce que cette année: Lausanne: 1 > Genève: 0), ou tu vas peut-être aussi constater que ce qui se passe en environ ~1 heure à Detroit, prend globalement 10 ans à la Suisse entière pour atteindre les mêmes chiffres.

    J’attends toujours une étude avec des vraies statistiques(*), avec le P-value mentionnée clairement.

    (*):
    Pour le quidam, « Statistique » = « Ils ont mis pleins de chiffre partout et on voit tous très bien que la colonne A a un chiffre un peu plus gros que la colonne B ». (également connu sous le nom de « Campagne de votation UDC au sujet des étrangers ») N’importe qui avec Excel peut produire ça.

    Pour un scientifique, « Statistique » = Une branche bien particulière des mathématiques qui utilse des modèles numériques assez complexe pour déterminer la validité d’un hypothèse (genre « Est-ce qu’on peu réellement tirer des conclusions de cette différence, ou est-ce que ce genre de chiffres peuvent aussi apparaitre par bol ? »). Dans chaque département, il y a un gourou spécial, nommé statisticien dont c’est le boulot de produire ces trucs, parce que c’est compliqué de ne pas produire de la merde.

    Les politiciens et les journaleux ont assez peu tendance à utiliser ou comprendre (voir même réaliser que ça existe) les « vraies » statistiques.
  7. En Suisse, chaque femme a 1,53 enfants. Ça résume bien le concept des statistiques.
  8. En Suisse, un FA 18 se crash tous les 9.5 ans après avoir abattu 0,0 ennemi. On peut en faire plein comme ça…
  9. Tu es mauvaise langue, n’oublie pas que l’armée Suisse a repoussé 100% des invasions extraterrestres!

  Tu peux même laisser ton avis

Prends juste note que tout commentaire désobligeant, illégal, publicitaire, agressif, mal écrit ou tout simplement ennuyeux sera cruellement supprimé sans préavis, sans explication et sans excuse par le dictateur autoproclamé actuellement au pouvoir.

  Sur le même thème