Retour au blog

Je t’avais récemment parlé du film Total Recall sorti en 1990, he bien figure-toi qu’un remake a été projeté en 2012 dans nos salles obscures.

Plusieurs points diffèrent de la version originale, le principal étant que ce n’est curieusement plus Arnold Schwarzenneger qui interprète Douglas Quaid mais l’acteur irlandais Colin Farrell.

Il a entre autre tenu le rôle James Crockett en 2006 dans l’adaptation cinématographique de la série télévisée « Miami Vice » , il était également Stu Shepard en 2003 dans le flippant « Phone Game » .

Ce brave Douglas Quaid est marié depuis plusieurs années à Lori, un laideron obèse joué par Kate Beckinsale.

Les amateurs de vampires et autres loups-garous auront certainement reconnu Selene, la tueuse de lycans de la saga « Underworld » , sans sa tenue de cuir moulante et ses lentilles de contact.

« Poum poum, vilains toutous! »

Contrairement au « Total Recall » de 1990, l’action de cette version 2012 se passe entièrement sur Terre, avec toutefois quelques allusions subtiles à la colonisation martienne. Notre planète a été rendue inhabitable par tous les crétins qui roulent en Hummer et les armes chimiques de la troisième guerre mondiale, ne reste que deux endroits viables.

Comme ça tout le monde parle anglais

L’Union Fédérale Britannique est une grande puissance économique, tandis que l’Australie alors appelée « la Colonie » est un état pauvre dominé par le premier. Ces deux nations aux antipodes l’une de l’autre sont reliées par un métro gigantissime appelé « The Fall » , ou « La Chute » en Français.

Les habitants de la Colonie sont oppressés, de cette frustration est née la « Resistance » , un mouvement rebelle au nom original dont le but est de détruire The Fall.

Le trajet dure dix-sept minutes pour parcourir les douze-mille kilomètres et quelques qui représentent le diamètre moyen de notre planète, ce qui nous donne une vitesse impossible de quarante-cinq-mille kilomètres par heure, sans compter l’accélération et la décélération.

De plus, le diamètre du tube faisant vingt-cinq mètres à une couille près, on peut grossièrement estimer son volume. On obtient ainsi un peu moins de six milliards de mètres cubes de gravats à déblayer, soit une montagne de près de deux kilomètres de largeur, de profondeur et de hauteur.

Dire que les scénaristes ne pensaient même pas qu’un taré allait faire les calculs.



Notre héros Douglas Quaid se rend chez Rekall par curiosité, une société qui t’implante en mémoire les souvenirs de ton choix, ses bureaux sont situés en plein coeur du quartier chaud dans lequel circulent quelques roboputes.

« Salut beau gosse, moi c’est Moulinex, ça te dirait de te taper un toaster? »

On dénote plusieurs clins d’oeils au film de 1990, comme la prostituée mutante à trois seins qui te fait regretter (selon ses propres termes) de ne pas avoir trois mains.

« Ma maman était concierge à Fukushima »

Moins obscène que dans la version de 1990, sûrement à cause du chewing gum mâchouillé, l’effet vulgaire très à la mode dans les tournages au siècle passé.

Une autre scène de rappel fera indubitablement sourire les amateurs de la version de 1990. Pour utiliser The Fall incognito, Douglas Quaid se maquille à l’aide d’un hologramme qui recouvre sa tête.

Dans la version de 1990, Arnold Schwarzenegger se rendait sur Mars déguisé en grosse femme rousse, dont le visage meut mécaniquement merdait complètement lorsqu’il annonçait la durée de son séjour au douanier (« Two weeks » ), faisant ainsi péter sa couverture.

« Two weeks, two weeks, TWO WEEEEEEEEEEKS! »

On retrouve dans la version de 2012 cette femme rousse qui annonce également « two weeks » lorsque le douanier lui pose la même question mot pour mot.

Tu souris, mais rien ne se passe. Douglas Quaid est en fait le mec asiatique derrière. Boum! Tu t’y attendais pas hein?

La machine de chez Rekall fonctionne à l’injection en intraveineuse, les souvenirs passent visiblement par les veines. Une marque à l’encre est faite sur le bras de Douglas Quaid afin de piquer au bon endroit et placer correctement le compte-gouttes (un détail anodin important par la suite).

Dans la version de 1990 tu places juste ta tête dans un cercle de diodes clignotantes, et des décharges électriques te bourrent le crâne.

Stooone, the world is stooone.

Tu noteras au passage que le chef de Rekall est joué par l’acteur coréen John Cho, connu pour son rôle de Hikaru Sulu dans la saga « Star Trek » , mais surtout pour avoir été l’adolescent débile fan de MILF dans les différents « American Pie » .

MILF = Memory I’d Like to Fuck

Bref, il s’avère que Douglas Quaid était en fait un agent secret dont la mémoire avait été effacée. La séance chez Rekall a fait ressortir sa vraie personnalité de Carl Hauser, ainsi que quelques secrets bien lourds permettant de mettre des bâtons dans les roues au terrible Vilos Cohaagen, un riche industriel corrompu qui planifie sa petite invasion de la Colonie pour y construire des appartements hors de prix.

Lorsque Carl Hauser (anciennement Douglas Quaid) rentrera chez lui, sa femme Lori tentera de le tuer, révélant ainsi son identité de tueuse à la solde de Vilos Cohaagen.

La grosse surprise de ce film est l’interprétation dudit Vilos Cohaagen par l’excellent acteur Bryan Cranston.

Connu pour avoir interprété Hal dans la série télévisée « Malcolm in the middle » , ainsi que plus récemment Walter White dans « Breaking Bad » pour lequel il a reçu trois Emmy Award du meilleur acteur dans une série télévisée dramatique.

Dans sa fuite, Carl Hauser rencontre Melina, sa vraie meuf, cette dernière l’aide à s’échapper et l’amène voir Matthias Lair, son père et néanmoins chef de la résistance.

C’est l’acteur Bill Nighy qui joue Matthias Lair, son visage te rappellera une foule de personnages comme par exemple Viktor, le chef des vampires dans (encore une fois) la saga « Underworld » . Il a également prêté sa tronche à Rufus Scrimgeour dans « Harry Potter and the Deathly Hallows » ou Quentin, le chef du bateau-radio-pirate dans l’excellent film « The Boat That Rocked » , film dont le titre français est curieusement « Good Morning England » .

La résistance se cache dans une zone contaminée en bordure de la ville, on remarque des publicités pour le fantôme de l’opéra qui suggèrent que le génocide aurait eu lieu aux alentours de notre époque.

« Hi hi, le premier qui respire a perdu! »

La plupart des séries américaines résument le monde aux Etats-Unis, ici c’est encore pire car la majorité de l’action est centrée dans un périmètre restreint autour des stations de départ et d’arrivée de The Fall. Le héros a même un appartement avec vue sur l’énorme bâtiment du côté anglais de la Terre.

Niveau météo c’est la même chose, un arrêt sur image de l’écran d’information dans The Fall nous fera réaliser qu’il fait un temps de merde dans la Colonie et que les habitants de l’Union Fédérale Britannique peuvent sortir la crème solaire.

Une prévision météorologique par continent, la météo du futur sera basique. Et puis sérieusement, beau temps en Angleterre et pluie en Australie? On y croit à mort.

La gravité reste constante toute la descente, puis cesse brusquement une fois que la capsule pénètre dans le noyau terrestre, pour s’inverser finalement lors de la sortie du magma. Une voix féminine prévient des différentes étapes, « Entering core » , « Gravity reversing » , ajoutant encore un peu de stress à l’ambiance étouffante.

Du coup on a droit a quelques scènes d’action en gravité zéro. Comme ici avec Melina, interprétée par Jessica Biel, surtout connue pour avoir tenu le rôle de Mary Camden dans une des pires séries du monde : « 7th Heaven » (« Sept à la maison » ).

Les décors extérieurs sont vraiment impressionnants, les similitudes avec l’univers du film « Blade Runner » sont nombreuses. Rues sombres, humidité permanente, enseignes lumineuses flottantes, publicité pour la vie en dehors de la Terre.

Les similitudes sont encore plus grandes dans la Colonie, où les habitants sont pour la majorité des asiatiques sous la pluie.

Dans le futur la guerre de Samsung et Apple sera terminée avec l’apparition des téléphones incrustés dans les mains, histoire de bien avoir l’air con.

« Parle à ma main, lol »

Les scènes de poursuite en bagnoles sont jouissives, les véhicules du futurs sont en suspension au dessus d’autoroutes aériennes.

Les voitures transitent d’une piste à l’autre au moyen d’ascenseurs magnétiques, elles peuvent également circuler sous les voies grâce à huit aimants, quatre sur le dessus et quatre dessous.

Au sol on reste beaucoup plus classique avec ces bons vieux pneus, quand tu achètes ta bagnole vaut mieux savoir sur quel support tu veux circuler.

La scène la plus ridicule du film est quand même ce dialogue que Carl Hauser tient avec son piano à queue, avec en face de lui une image holographique de ce qu’était prétendument son visage avant son changement d’identité.

La vidéo indique à Carl Hauser qu’on est en mode interactif et qu’il peut poser ses questions librement à voix haute, l’hologramme possédant plein de réponses pré-enregistrées lui répondra dans la mesure du possible.

On imagine le pauvre mec qui a dû programmer et enregistrer toutes les réponses aux questions potentiellement posables, au lieu de simplement raconter son histoire d’une traite. On pense avec regret à toutes ces questions non formulées par Carl Hauser qui ont pourtant une réponse stockée quelque part dans le piano, comme par exemple « pourquoi il n’y a pas de moche dans ce film? » ou encore « si toute la planète est polluée, d’où vient la bouffe? » .

La fin est à peine prévisible, Carl Hauser tue Lori, la station de The Fall explose du côté de la Colonie et tout le monde est content.

Sauf Vilos Cohaagen qui crève dans les flammes.

Au loin un écran publicitaire géant diffuse une réclame pour la société Rekall, Carl Hauser ne porte étrangement plus la marque de piqûre sur son bras. Tout cela est peut-être finalement un souvenir implanté…


, ,     mardi 4 décembre 2012

  20 commentaires

  1. 1) pourquoi j’ai lu total rectal ?

    2) Bill Nighy me fait surtout penser à… « I feel it in my fingers, I feel it in my toes, ooooooohhhhh, Christmas is all around us… » (de rien)

    3) Le truc météo c’est pas un hommage très mal fait à Hal de 2001 )

    4) Jessica Biel est surtout connue pour avoir couché avec Justin Timberlake, non ?

    5) ce billet est formidable <3
  2. Punaise, j’ai envie de le voir maintenant : /
  3. En fait, Total Recall fonctionne un peu comme Rekall, mais en moins bien: quand tu vois le film, tu as l’impression de passer un bon moment et, quand tu sors, tu te rends compte que tu t’es fait moubourrer par un film tout naze.

    Oui, « moubourrer » est mon mot du jour.
  4. On peut savoir où on le prend, exactement, ce métro? Ils font des billets combinés avec EasyJet? Je dois justement me rendre en Australie ce printemps, et 17 minutes depuis Londres, ça me paraît valable comme deal.
  5. @funambuline

    1) pourquoi j’ai lu total rectal ?

    Parce que t’as passé ta nuit sur Youporn avant de venir ici? :mrgreen:

    2) Bill Nighy me fait surtout penser à… « I feel it in my fingers, I feel it in my toes, ooooooohhhhh, Christmas is all around us… » (de rien)

    Christmas Is All Around! Je vais l’avoir dans la tête pour la journée, merci.

    3) Le truc météo c’est pas un hommage très mal fait à Hal de 2001 )

    C’est marrant, j’ai pensé à la même chose en voyant l’écran de loin, au premier abord on ne comprend pas que c’est notre planète.

    4) Jessica Biel est surtout connue pour avoir couché avec Justin Timberlake, non ?

    Aussi oui, effectivement.

    5) ce billet est formidable



    @une pétasse & Alias
    Il n’est pas si mal finalement, même s’il a reçu beaucoup de critiques on passe un moment divertissant.

    @mlle-cassis
    Faut choisir Easy Fall, si t’as pas peur de te prendre dix-mille G dans la face au démarrage.

    Le départ est vers Londres, et l’arrivée pas franchement spécifiée.
  6. Grosses félicitations pour être parvenu à mettre uniquement des captures d’écran dépourvues des lens flares délirants qui doivent occuper en moyenne 30% de la surface de l’écran sur l’ensemble du film. ^^

    Sinon, Bill Nighy pour moi restera toujours avant tout le beau-père dans Shaun of the Dead. 🙂

    (Ah, et puis le « vrai » visage de Hauser c’est quand même Ethan Hawke.)

    Et comme toi, j’ai plutôt été « déçu en bien » par ce film qui tient pas mal la route même s’il évacue entièrement l’humour du film de Verhoeven.
  7. @s427
    Je me demandais si c’était pas mon écran qui déconnait. 🙄

    Ce film est effectivement divertissant, et les décors numériques et réels vraiment bien foutus. Hormis ces quelques points que je critique gentiment ça reste un film que tout amateur de science-fiction devrait voir.
  8. « On passe un moment divertissant », certes. C’est après que ça se gâte.
  9. Le problème reste Colin Farell, quand tu as vu le premier avec Schwarzy, il parait tellement gringalet…
  10. @Alias
    Quand tu commences à réfléchir juste après la fin?

    @Hysterias
    Et il n’a même pas un gros accent allemand!
  11. Quand tu as écrit ton précédent article sur le film de 1990, je venais de voir la bande-annonce du remake et je me suis demandé si c’était exprès, influencé par cette B-A, que tu avais décidé de regarder l’original… Bon, maintenant que j’ai commenté l’intro, je m’en vais lire la suite pour savoir lequel des deux est le plus inspiré.
  12. @Viollette
    Je t’avouerai honnêtement n’avoir pas lu « We Can Remember it for You Wholesale » de Philip K. Dick, il paraît que la version de 1990 en est plus proche.
  13. Dites, c’est moi ou il y a une erreur de calcul sur le panneau d’information du métro ? Le trajet est censé prendre 17 minutes, or si je comprends bien le panneau indique que le métro part à 01h35 et arrive à 01h42, ce qui suppose un trajet de 7 minutes seulement ! Ou alors il y a un décalage horaire de 10 minutes d’un point à l’autre…

    (Un autre détail qui m’intrigue sur ce panneau, c’est le fait qu’il ne demande pas aux voyageurs de s’abstenir de tirer la chasse quand ils font leurs besoins à bord du métro.)
  14. @Tony
    Effectivement, ils ont dû se planter dans l’affichage du panneau. le fuseau horaire de 10 minutes entre Londres et Sydney est peu probable. :mrgreen:

    T’imagines faire ta grosse commission au moment du renversement de gravité?
  15. 39’897 km/h le 26 mai 1969, alors 45’000 km/h dans un futur indéterminé, je dis oui !
  16. Sans frottement dans l’espace c’est plus facile pour Apollo 10 d’atteindre de grandes vitesses, dans un tube qui traverse en plus le magma en fusion t’imagines un peu la chaleur et les contraintes?
  17. Ils ont pas fait le vide dans le tube (pas vu le film) ?
  18. Non c’est complètement à l’air libre, genre si tu chutes dedans et que tu contrôles bien ta chute à un moment tu te retrouves au centre de la Terre en apesanteur, avec quand même les parois du tube à plusieurs milliers de degrés.
  19. Je viens de le voir. Effectivement, c’est pas très plausible Par contre j’ai vraiment aimé les références à Blade Runner.

    Au fait t’as vu, y a un Monotracer (sorte de moto couverte de conception suisse) dans la scène juste après qu’il se soit arraché son téléphone de la main

    Pour finir, quelle version du film as-tu vue ? Car quand il se retrouve devant le piano, l’hologramme avait bel et bien la même tête que lui dans la version que j’ai vues !
  20. Tu as vu la version cinéma, censurée à mort au niveau cul et violence. J’ai vu le « director’s cut », complètement différente, surtout au niveau du visage de Douglas Quaid qui a changé au fil du temps grâce à la chirurgie esthétique.

    Un malade s’est d’ailleurs amusé à recenser toutes les différences :

    http://www.movie-censorship.com/report.php?ID=544053

    A gauche ta version, à droite la mienne.

  Tu peux même laisser ton avis

Prends juste note que tout commentaire désobligeant, illégal, publicitaire, agressif, mal écrit ou tout simplement ennuyeux sera cruellement supprimé sans préavis, sans explication et sans excuse par le dictateur autoproclamé actuellement au pouvoir.

J'accepte que les données saisies, y compris personnelles, soient enregistrées sur ce site

  Sur le même thème