Retour au blog

Les premiers jours après la naissance te donnent une bonne idée de ce que doit être la vie en enfer, les flammes en moins. La panique est totale, les cinquante bouquins que tu as épluchés ne te sont d’aucune utilité et tu es de toute manière trop crevé pour te souvenir de leur contenu.

Ton entourage tente de te rassurer en te disant que bientôt tout ira mieux, une indication de durée relative qui avoisine quand même le trimestre. Passé ce délai tu auras effectivement la confirmation que ces premiers mois de cohabitation sont les pires.

Les jeunes parents avec qui tu discuteras te diront globalement tous la même chose, que leur mioche dormait douze heures par nuit dès la première semaine, qu’il a fait son bachelor et son master largement avant ses premiers pas et qu’en ce moment il prépare sa thèse entre deux descentes en toboggan.

Ne les écoute pas, ils mentent.

Tu penseras quand même à ton gamin qui pleure toutes les trois heures pendant la nuit, qui hurle constamment le jour et qui ne sait toujours pas que ces deux énormes machins qui lui filent des pains dans la gueule à longueur de journée s’appellent des « bras » , et qu’il peut les contrôler.

Les visites de proches se succèdent à un rythme effréné durant les mois qui suivent la naissance, chacun apportant un petit cadeau original au marmot : un doudou. Cette petite peluche est censée rassurer bébé lors de ses crises existentielles, lui apportant un réconfort que ses parents sont bien incapables de fournir durant les soixante-huit heures journalières d’attention que réclame ce tyran miniature.

Tu recevras en vrac le doudou ourson, le doudou rhinocéros, le doudou renard, le doudou chien et même peut-être le doudou UDC.

Du coup ton gamin se retrouve avec une collection impressionnante de créatures artificielles, le forçant ainsi à faire un choix pénible parmi le lot à disposition, provocant les crises d’angoisses que ces saloperies en tissu étaient justement censées atténuer.

C’est le paradoxe du doudou.

Certains manuels affirment qu’il y a cinq sortes de pleurs : Faim, douleur, couche sale, besoin d’attention, juste faire chier. Le plus difficile étant d’interpréter la signification du hurlement strident

Quelques clés pour comprendre le langage du têtard.

Prenons un exemple au hasard, bébé souhaite dire « diantre, mon estomac crie famine, serait-il possible d’obtenir quelque pitance pour combler ce vide qui le taraude ? » .

Tu remarqueras la claire différence avec « mortecouille, cette journée de repos fût épuisante et je tiens à manifester mon mécontentement » .

Ou encore « Oh non, Standard & Porcs ont encore enlevé un "A" à la Grèce, mes actions chez Papadopoulos vont se péter la gueule. » .

Mais fort heureusement tu n’es pas seul dans cette épreuve, sache-le. Hormis les recommandations de la mère du monstre tu pourras en effet trouver dans le commerce un grand nombre de livres écrits par le célèbre Captain Obvious, sur des centaines de pages s’étalent des conseils tels que « ne mettez pas votre bébé au micro-onde pour le sécher » ou « ne fouettez pas votre enfant avec une ceinture à clous quand il pleure » .

Puis un jour tu découvriras la lolette, qui fonctionne un peu comme le bouton « mute » de la télécommande de ta télévision. Tu constateras que ce n’est pas pour rien que les ricains appellent ce truc « pacifier » .

Le deuxième mois implique la première série de vaccins, il te faudra faire le tri parmi les nombreuses propositions, allant même parfois jusqu’à écarter des MST telles que l’hépatite-B. De ce côté-là sois prévenu, si les prisonniers de Guantánamo n’ont rien avoué c’est parce qu’ils n’ont pas eu à supporter un bébé récemment vacciné pendant vingt-quatre heures.

Prépare-toi à passer la pire nuit de ta vie, parce que quand ces abrutis de supporters passent dans la rue en klaxonnant tu peux encore caillasser leurs bagnoles, avec ton bébé il te faut faire preuve d’un admirable contrôle de soi. Consoler ton enfant qui pleure c’est comme tenter de te consoler toi-même, tu ressens sa douleur par empathie et tu dois en même temps tenter de la diminuer.

Les mauvais moments passés font heureusement souvent place à des instants exceptionnels, et même parfois surprenants. Toi qui croyait que l’humanité était remplie de connards égoïstes tu te feras soudainement aborder par la quasi-totalité des habitants de ton quartier, l’effet poussette provoque une montée de sociabilité que Facebook ou l’alcool n’arriveront jamais à égaler.

Toi qui fantasmait sur l’idée de te faire spontanément aborder par des femmes quand tu étais célibataire… il aura ainsi fallu attendre que tu sois marié et père de famille avant que ça n’arrive enfin. Dieu n’existe pas, ou alors c’est un type vraiment vicieux.

Le plus incroyable est que tous ces inconnus se penchent sur ton bébé en t’ignorant complètement, ils lui parlent ensuite en débilolangue puis repartent en t’accordant rapidement un sourire de politesse. Le mot qu’aura le plus entendu ton gamin de la bouche d’un étranger sera indéniablement « oooooooooh » .

Les usagers du bus se poussent quand tu montes, la caissière du supermarché te dis bonjour avec le sourire, les voitures s’arrêtent quand tu t’engages sur un passage pour piétons et t’es prioritaire quand tu prends l’avion.

Il faut savoir profiter de ces avantages, ils ne vont pas durer. Les qualificatifs de ton gamin vont rapidement passer de « chou » à « bien élevé » , pour tragiquement se terminer à la période de l’adolescence où les regards deviendront méfiants envers ce mec à qui tu changeais les couches il n’y a pourtant pas si longtemps.

Un bébé change d’humeur en quelques secondes, il est capable de rire aux éclats un clignement d’œil après avoir pleuré pendant deux heures d’affilée. Le supercollisionneur du CERN est un tamagotchi face au système hormonal d’un moutard, les émotions se bousculent dans tous les sens et finissent par affecter les tiennes.

Parce que tu verras, changer les couches qui débordent d’un gnome qui te sourit, c’est quand même un moment très partagé au niveau émotionnel.


,     dimanche 18 décembre 2011

  17 commentaires

  1. roooooooh la peluche UDC elle envoie du bois comme on dit ! 🙂

    Pour aider à faire comprendre à ton mouflet que certain vaccins sont quand même ses amis, tu peux lui expliquer à quoi ressemble une vilaine bactérie tueuse à l’aide de ça : http://www.giantmicrobes.com/us/main/giantmicrobes-originals/

    Au choix tu pourras lui acheter le Chlamydia ou peut être plutôt la grippe… à toi de voir 🙂
  2. La Syphilis est adorable. 🙄

  3. Les peluches censées le rassurer… oui le nôtre en avait déjà une dizaine avant sa naissance, et à 1 an il n’en a toujours pas « élu » une, il n’en a globalement rien à carrer, il en attrape une, la secoue et la jette… il préfère les câlins des vrais gens. Cela dit, pour qu’un doudou le rassure un tant soit peu il vaut mieux qu’il porte l’odeur de sa maman, alors soit elle se trimballe un doudou dans le soutien-gorge pendant 2 jours (et elle fait tourner les doudous histoire qu’il puisse choisir) soit il va adopter un de ses T-shirts ou foulards. Ou bien, rien, comme le mien. Qui a aussi choisi ni la tétine ni son pouce : pour lui le bouton « mute » consistait à le prendre dans nos bras, ou lui montrer qu’il avait toute notre attention.
  4. @Viollette il reste toujours l’option congélateur qui reste pas mal pour le faire taire 🙂

    sinon pour ce qui est du doudou, toujours en prévoir 3 ou 4 de réserve au cas où le gamin en perd un ! et les faire tourner régulièrement pour qu’ils s’usent de la même manière et qu’ils prennent l’odeur « familiale ». Ca permet aussi de les passer en machine 🙂
  5. Pour la lolette, au premier degré il y a ça :
    http://www.presqueparfait.com/sucettes-tetines/66-sucette-tetine-bebe-mute.html

    J’aime beaucoup ces billets autour de la naissance !
  6. @Viollette
    Nous aussi, seuls le portage ou la bouffe le calme. Au moins la checklist des pleurs n’est pas trop longue.

    @Darx
    Pour avoir un doudou il faut d’abord savoir se servir de ses mains, ce qui n’est pas gagné au départ.

    @Lamiss
    Nous avons offert cette lolette à un couple d’amis, on dirait que ce site est assez connu.
  7. Une LOLETTE? C’est du suisse ou juste du genevois?
  8. Vous ne dites pas « lolette » en France? C’est un scandale! :mrgreen:

    Effectivement c’est suisse romand, je le découvre d’ailleurs à l’instant. Vous dites « tétine » en France? C’est pourtant un objet différent que celui qu’on place sur les biberons.
  9. Tu sais trouver les mots qui font envie d’avoir des enfants 🙂
  10. Les enfants des autres sont souvent le plus efficace des le moyen le plus efficace pour limiter les naissances.
  11. Argh! J’aurais dû me relire avant
  12. @François
    Au moins l’humanité ne pourra pas dire qu’elle n’a pas été prévenue. 😛

    @Alias
    Un jour on pourra éditer les commentaires avec WordPress, mais j’ai compris ce que tu voulais dire. 😉
  13. Je vais en parler avec ma tendre humanité 🙂

    Néanmoins, pas sûr qu’elle comprenne… ^^
  14. Merci Gaël, je suis mort de rire.

    Je me suis permis de mettre le lien vers ton article chez moi. J’espère que ça ne te dérange pas.

    Bon courage pour la suite :mrgreen:
  15. @Jr Prod
    Merci du compliment, et pour le lien! Ça ne me dérange absolument pas, bien au contraire.
  16. En France, on appelle pas cet objet une « lolette » mais une « tute », une « tututte » (nord) ou une « tototte ».
    http://fr.wiktionary.org/wiki/tototte#fr
    Attention, prévoyez-en une deuxième au cas où vous paumez la première, c’est un gage de sérénité. 😉
  17. @Alain
    Notre fils a son pouce, au moins il est certain de ne pas le perdre.

    Sauf s’il bosse un jour dans une scierie, mais il sera alors assez grand pour s’en passer.

  Tu peux même laisser ton avis

Prends juste note que tout commentaire désobligeant, illégal, publicitaire, agressif, mal écrit ou tout simplement ennuyeux sera cruellement supprimé sans préavis, sans explication et sans excuse par le dictateur autoproclamé actuellement au pouvoir.

J'accepte que les données saisies, y compris personnelles, soient enregistrées sur ce site

  Sur le même thème