Retour au blog

Je te parlais l’année passée de la progression inquiétante du flicage qui menace peu à peu notre liberté sur Internet, poussant insidieusement les utilisateurs du réseau à opter pour des solutions d’anonymisation. Ces solutions étaient en test l’époque, elles sont à présent opérationnelles et disponibles pour le grand public.

Je vais donc aujourd’hui te montrer comment rendre anonyme ta connexion Internet, en utilisant un procédé totalement légal mais payant.

L’explication technique se trouvant sur mon billet précité, nous pouvons directement passer à la partie pratique. Voici donc le tutoriel de création d’une connexion VPN entre ton ordinateur et la société d’anonymisation suédoise iPredator.

Il te faut bien entendu créer un compte payant avant de poursuivre, le coût moyen est de cinq euros par mois en plus de ton abonnement Internet. L’inscription se fait par ici.

Étant donné les railleries auxquelles j’ai eu droit lors de mon dernier tutoriel sous Windows XP, celui-ci sera entièrement dédié à Windows 7. Si tu as un autre système d’exploitation il te faudra alors faire preuve d’un peu de déduction pour trouver les options correspondantes.

Tout d’abord, tu vas aller sur le « Centre réseau et partage » , le menu peut se trouver à une cinquantaine d’endroits différents, je te laisse fouiller. Une fois sur place tu cliques sur « Configurer une nouvelle connexion ou un nouveau réseau » .

La fenêtre suivante va s’ouvrir, tu choisis « Connexion à votre espace de travail » , essaie de faire abstraction au nom, il n’a aucun rapport.

Pour se connecter au serveur d’anonymisation, tu vas sur « Utiliser ma connexion Internet (VPN) » .

Il te faudra ensuite indiquer l’adresse du serveur, à savoir « vpn.ipredator.se » , ainsi que le nom de la connexion, par exemple « iPredator » ou « Le cassoulet c’est la santé » (en fait c’est pas important). Tu peux cocher la case « Autoriser d’autres personnes à utiliser cette connexion » si toute ta famille utilise le même PC.

Sur la fenêtre suivante, tu vas indiquer ton nom d’utilisateur et ton mot de passe, ceux-là même que tu as indiqué sur le site d’iPredator lorsque tu t’es enregistré. Tu coches la case « Enregistrer le mot de passe » , afin de ne pas avoir à le retaper à chaque fois. Il est important de laisser le champ « Domaine » vide.

Tu peux enfin cliquer sur « Connecter » , l’opération peut prendre une bonne minute la première fois.

Si tu as ce message c’est que tu es maintenant anonyme sur Internet, quel que soit l’outil que tu utiliseras (navigateur web, e-mail, eMule, etc.).

Pour gérer par la suite ta connexion, te reconnecter, te déconnecter, il te suffit d’aller dans la zone de notifications puis de cliquer sur l’icône de réseau.

D’ici tu peux te connecter et te déconnecter d’iPredator. Note bien que faire ceci n’agit en aucun cas sur ta connexion Internet, lorsque que tu te déconnecte du VPN d’iPredator alors ta connexion Internet n’est juste plus anonyme.

Le point négatif de ce procédé est évidemment la perte de vitesse que tout cela implique. En effet, les données transitent par un serveur suédois et perdent donc du temps en chemin. Pour chiffrer un peu, le débit maximal une fois anonymisé dépasse rarement les 800 kilo bauds, c’est à dire 100 kilo octets par seconde, ce qui est quand même peu au vu des connexions actuelles qui sont aujourd’hui au minimum cinq fois plus rapides pour le grand public. La latence quant à elle est globalement doublée, par exemple il faudra en moyenne 120 millisecondes pour contacter les serveurs de Google aux États-Unis, contre 50 en temps normal.

Être anonyme implique donc une connexion plus lente, sachant que l’on peut activer et désactiver ce service quand bon nous semble il sera quand même surement beaucoup utilisé dans le futur, au fur et à mesure que les actions en justice contre les petits téléchargeurs prendront de l’ampleur. Les réels criminels, eux, profiteront sans nul doute de cette opportunité.


,     lundi 25 janvier 2010

  12 commentaires

  1. Ouh la vilain qui veut faire des mauvaises choses sur internet!!!

    Est-ce qu’un système de proxy (même payant) qui passerait par la chine ou autre ne préserverait pas plus la vitesse tout en garantissant l’anonymat?
  2. la vilain?
  3. C’est très facile de faire des mauvaises choses sur Internet.

    Prenons un exemple con :
    – J’achète un CD -> Légal
    – J’extrais une chanson de ce CD vers un fichier mp3 -> Légal
    – Je lance eMule -> Légal
    – eMule me partage mon mp3 -> Illégal

    Concernant la vitesse, je ne pense pas que passer par un pays situé à 20’000 km et qui prône la censure d’Internet soit vraiment plus rapide.

    Le fonctionnement d’iPredator n’est pas qu’un « bête » proxy pour le web, c’est toute la connexion qui est routée, ce ne sont pas que les sites web vus au travers du navigateurs qui sont ainsi anonymisés mais toute l’activité effectuée sur le réseau.
  4. A part ça, les mauvaises langues, vouloir surfer anonymement ne veut pas forcément dire faire des choses illégales. Mais ne pas vouloir divulguer l’adresse IP de son boulot quand on commente sur un blog depuis le bureau, par exemple. Préserver son anonymat juste pour… préserver son anonymat.
  5. Tu dis que c’est payant ? Donc tu payes avec ta carte de crédit pour l’anonymat ?? 🙂

    En plus si malgré tout tu te fais chopper à faire un truc « illégal » tu peux te retourner juridiquement contre la boite que tu payes pour être anonyme pour faute professionnelle ?
  6. @Xavier et M’dame Jo:

    Et si ca permettais aussi d’éviter la censure??
    Imaginer le militants chinois qui ne veut pas se faire « embêter » par le gouvernement…
    Ou celui qui veut éviter la censure d’Internet et pouvoir aller sur google normalement…

    Y’a pas que les méchants pirates qui sont traqués sur la Toile…
  7. @Willy Oui, mais je me demande: Est-ce que les Chinois ont accès à iPredator ou l’accès à ce genre de service est-il simplement bloqué dans certains pays?
  8. Les geeks trouveront un intéressant complément d’information sur http://petaramesh.org/post/2010/01/25/Defaire-le-totalitarisme-numerique
  9. @Fab
    D’après leur FAQ, ils ne sont tenu que de divulguer les informations du compte en cas de pépin juridique, donc ton email, le nom que tu as indiqué et ton identifiant (c’est tout ce qui est demandé). Les informations de paiement sont considérées comme confidentielles.

    @M’dame Jo
    Il y a selon moi très peu de chance pour que le gouvernement chinois laisse libre l’accès à ce genre de service.

    @Giorgio
    Merci pour le lien! 😉
  10. Sinon, il reste aussi la possibilité d’utiliser Tor.

    Voir combiner les deux : utiliser Tor en mode exit-node et se servir de IPREDator pour les connections sortantes du réseau Tor.
  11. Ils disent qu’on doit se déconnecter du VPN à chaque fois qu’on veut envoyer un email via smtp ? C’est pas un peu super chiant ?
  12. Je crois que le problème est intrinsèque à SMTP, pour des raisons de sécurité certains serveurs de FAI ne laissent passer que les connexions venant d’adresses IP connues, en l’occurrence celles de leurs clients.

    Du coup forcément, avec une IP anonymisée venant de Suède, ça coince. 🙄

  Tu peux même laisser ton avis

Prends juste note que tout commentaire désobligeant, illégal, publicitaire, agressif, mal écrit ou tout simplement ennuyeux sera cruellement supprimé sans préavis, sans explication et sans excuse par le dictateur autoproclamé actuellement au pouvoir.

J'accepte que les données saisies, y compris personnelles, soient enregistrées sur ce site

  Sur le même thème