Se payer un nom de domaine et un hébergement mutualisé est un luxe que certains blogueurs se permettent parfois. Un espace de stockage en ligne est loué chez un fournisseur, avec dans de rares cas une limitation de la quantité de données transférées.

Dans cette situation, il est fortement conseillé de se protéger du hotlinking.

Du hotlinkoi?

Tiens, demande à Wikipedia.

Le direct linking ou hotlinking consiste à utiliser l’adresse d’un fichier publié sur un site web, le plus souvent une image, pour l’afficher sur un autre site, sur un blog, dans un forum, etc. En d’autres termes, au lieu d’enregistrer l’image et de l’installer sur son propre serveur Web, le hotlinkeur crée un lien direct vers le serveur d’origine.

En pratique, imagine que tu possèdes un des meilleurs blogs du monde situé à l’adresse « www.memepasmal.ch » et qu’à la racine tu y as stocké une vidéo appelée « rickroll.ogv ».

Il te suffit donc d’intégrer ce code HTML5 pour afficher la vidéo.

1
2
3
<video width="640" height="480">
<source src="http://www.memepasmal.ch/rickroll.ogv" type="video/ogg" />
</video>

Figure-toi que toute personne qui récupère ce bout de code sera en mesure d’afficher cette vidéo sur son site, alors que le fichier sera physiquement stocké chez ton hébergeur. Chaque visualisation se fera donc à tes frais.

Il existe différents moyens pour bloquer ce genre de vol de bande passante, la plus courante étant de modifier le fichier « .htaccess » situé à la racine de ton site, à la condition que celui-ci utilise un vrai serveur web digne de ce nom (dédicace spéciale à IIS).

Avec le recul et l’expérience, bloquer les images amène plus de problème que ça n’en résout, notamment au niveau des flux RSS qui se retrouvent bourrés d’erreurs. De plus, si tu utilises ton espace de stockage dans un autre but que ton simple site web (comme par exemple avec « ownCloud »), tu risques de te retrouver face à une série de dysfonctionnements gênants.

Ceci étant dit, je vais aujourd’hui te montrer comment bloquer le hotlinking sur les gros fichiers audios et vidéos, ceux qui finalement consomment le plus de bande passante.

Pour ce faire, tu te connectes à ton site via ton outil FTP favori, puis tu ouvres le fichier « .htaccess » avec un éditeur de texte quelconque. Ce fichier est à la racine de ton arborescence.

À la fin du fichier, tu ajoutes les quelques lignes suivantes.

1
2
3
4
5
RewriteEngine on
RewriteCond %{HTTP_REFERER} !^$
RewriteCond %{HTTP_REFERER} !^http://([a-z0-9]+\.)?memepasmal\.ch [NC]
RewriteCond %{HTTP_REFERER} !^http://([a-z0-9]+\.)?memepasmal\.net [NC]
RewriteRule \.(ogg|mp3|mp4|ogv|webm|flv|pdf)$ - [NC,F]

Ligne une, on active le module de réécriture d’URL.

Ligne deux, on accepte les référents vides, les flux RSS ont parfois un référent vide. Le référent étant le nom du site qui cherche à accéder au fichier.

Ligne trois, on autorise le site web « memepasmal.ch », à toi de changer cette valeur avec ton propre domaine. Par exemple si ton domaine est « justinebibeure.com » tu remplaces « memepasmal » par « justinebibeure » et « ch » par « com ».

Techniquement, en programmation le « ! » signifie « not », on indique donc que la règle de réécriture ne concerne pas le domaine identifié par l’expression régulière qui suit. Le « NC » signifie « No Case », en d’autres termes on s’en fout des majuscules et minuscules.

La ligne quatre est utilisée si ton domaine possède deux extensions (dans mon cas « .ch » et « .net »), si ce n’est pas ton cas tu peux la virer en entier.

Ligne cinq, on spécifie les extensions bloquées, dans ce cas toutes les vidéos (OGV, WEBM, FLV, MP4), les fichiers audios (OGG, MP3) et les PDF. Les fichiers portants ces extensions renverront vers une erreur « 403 Forbidden » en cas de hotlinking.

Tu sauves ton fichier, tu le renvoies sur ton site.

Et si plus rien ne marche, tu dégages ces lignes et tu vas te coucher un moment pour méditer sur le sens de la vie.

, , ,    

Genève est une ville qui évolue au rythme des différentes modes. Il y a une dizaine d’années, les sushis étaient un plat inconnu réservé à l’élite de la gastronomie orientale. Aujourd’hui, le trois milliardième restaurant dédié à ce met asiatique vient d’ouvrir ses portes dans notre belle cité de Calvin.

Comme toute entreprise moderne, la vitrine en ligne présente les différents points de vente répartis à travers l’Europe.

Les multiples enseignes sont classées dans leurs pays respectifs. Belgique, Luxembourg, Italie, Espagne, Province et Paris.

Car oui, Paris est un pays.

En revanche Genève a été délocalisée, sans doute pour faciliter l’interface du site web.

Tu seras heureux de l’apprendre.

, ,    

Elle met du vieux paiiin sur son baaalcooon...

Elle met du vieux paiiin sur son baaalcooon…


Le Levi Strauss pour bébé, c'est pas la classe?

Le Levi Strauss pour bébé, c’est pas la classe?


Une pensée pour les mecs qui devront décoller les centaines d'affiches contre Frambois.

Une pensée pour les mecs qui devront décoller les centaines d’affiches contre Frambois.


Les affiches du premier opérateur téléphonique de Suisse sont facilement remarquables à leur couleur bleue.

Leurs arguments de vente sont parfois bien loin de la réalité, l’hypocrisie semble être de mise quant à l’utilisation massive habituelle de la bande passante.

Soyons honnêtes, pour une fois.

   

En Suisse, même les pigeons traversent sur les passages cloutés.

En Suisse, même les pigeons traversent sur les passages cloutés.


Non, je ne tweete pas en conduisant.

Non, je ne tweete pas en conduisant.


Il ne se passe pas une semaine sans qu’une manchette de journal ne commence par « Apple censure » ou « Apple interdit », le rythme est soutenu et effrayant.

Pour un développeur, publier une application sur les appareils d’Apple est une lutte angoissante de chaque instant. Une fois les innombrables obstacles de validation franchis, le pauvre programme devra ensuite passer sous une avalanche de critères subjectifs qui mènent parfois à son retrait pur et simple du magasin en ligne, ou dans le meilleur des cas à une censure de certains de ses paramètres.

Le puritanisme a encore de beaux jours devant lui, la pomme croquée n’est pas le symbole du péché originel pour rien.

Leur dernière action en date méritait quand même un billet.

L’application du Sentier des Toblerones n’a pas passé le filtre de la censure du géant à la pomme. Apple a cru qu’elle proposait des images érotiques. Le nom de Gland, la commune riveraine à cette balade parmi les fortins de la Deuxième Guerre mondiale, explique ce quiproquo.

L’article original explique cette situation plus en détail.

Apple censure la ville de Gland

Continuez de vous ruer sur leurs produits, vous leur donnez du crédit, dans tous les sens du terme.

Source : 24heures.ch

,    

Un marmot ça grandit, heureusement. Les premiers jours passent, les premiers mois passent, et la première année se termine.

S’occuper d’un enfant c’est bien, mais gagner plein de pognon c’est beaucoup mieux. À ce sujet nous autres suisses avons d’ailleurs une solide réputation à maintenir, et le travail rend libre.

Après moult batailles et manifestations, notre fantastique pays a, dans un élan de bonté indescriptible, finalement décidé d’accorder quelques mois de congé aux femmes ayant récemment accouché. Un repos accordé comme de coutume un demi-siècle après le reste des autres pays d’Europe. Une fois cette période de calme intense terminée, maman doit reprendre le boulot ou en trouver un nouveau dans le cas où son contrat de travail à durée déterminée n’aurait mystérieusement pas été renouvelé juste après l’annonce de la grossesse (remercions au passage la ville de Lausanne pour son éthique exemplaire).

Les habitants des grandes villes connaissent bien le phénomène dit des « loyers abusés imposés par des proprios et des putains de régies sans scrupules » , c’est du moins le terme scientifique utilisé dans de nombreuses études américaines, le fameux ARCOFUPM (Abused Rents Charged by Owners and Fucking Unscrupulous Property Managers).

Contrairement au siècle passé, un mâle moderne n’a aujourd’hui aucun moyen de subvenir seul aux besoins d’une famille et sa femelle doit donc obligatoirement mettre la main à la pâte, délégant de ce fait la garde du rejeton à un tiers.

Pour ce faire il existe plusieurs moyens reconnus tels que l’exploitation opportuniste d’un membre de la famille, la maman de jour (ou « famille d’accueil ») et les crèches.

Réserver une place en crèche est un acte qui demande un tant soi peu d’organisation, la faute aux délais d’attente relativement longs. En effet, afin d’avoir une chance infime d’obtenir une place il est préférable d’effectuer la demande d’attribution plusieurs centaines d’années à l’avance, l’idéal étant de demander à ton aïeul d’envoyer la missive quémandeuse une fois sa participation à la bataille de Morgarten terminée.

C’est au premier abord difficile mais ne te décourage pas, avec une bonne DeLorean trafiquée et 1.21 gigawatts c’est jouable.

Great Scott !

L’offre et deux fois inférieure à la demande et l’Etat préfère visiblement dilapider son argent dans l’achat d’une vingtaine de nouveaux avions de combat dont l’utilité n’est bien évidemment plus à démontrer.

Si par le plus grand des hasards cette Terre compte une divinité quelconque alors tes sacrifices animaliers n’auront pas été vains, une place de garde t’auras été attribuée et tu pourras déboucher le champomy (sans alcool, la fête est plus molle). Seulement voilà, tu ne peux pas juste amener ton marmot le premier jour et venir le chercher en fin de soirée, il est en effet impératif de passer par une période dite d’adaptation.

En tant qu’adulte, on peut sans problème te poser en plein milieu d’une plage avec open bar et activités sportives gratos, après ton sixième cocktail ton adaptation sera terminée et tu seras pote avec tout le monde.

Pour les bébés c’est plus compliqué car il faut assurer une présence parentale à leurs côtés, présence dont la durée diminue jour après jour. Et n’essaie pas de leur servir des caïpirinhas, il semblerait que ce ne soit pas très bon pour leur développement.

Une fois cette période passée, les parents peuvent à nouveau êtres considérés comme de bons citoyens actifs qui gagnent plein d’argent à leur travail.

C’est un fait, les gamins ramènent sans arrêt des cadeaux à leurs parents, du collier de pâtes aux gribouillis c’est toujours un moment d’enchantement pour les géniteurs qui admirent tant de créativité juvénile. Son jeune âge étant défavorable à ces activités manuelles, ton marmot optera pour des surprises beaucoup plus originales telles que des gastro-entérites à répétition, ou des parasites divers et variés logés dans des endroits du corps dont tu ignorais l’existence.

Tu auras bien évidemment le plaisir indescriptible de jouer régulièrement à la gastroloterie au concept fort simple : Une seule cuvette, deux voies d’évacuation, avec rotation aléatoire toutes les trente secondes pour corser l’affaire.

Mais tu verras, après quelques semaines tu finiras par connaitre toutes les urgences pédiatriques dans un rayon de cinquante kilomètres autour de chez toi. Les infirmiers réceptionnistes se mettront à te tutoyer, t’appelant par ton prénom et te proposant un forfait annuel avec des prix très attractifs.

La première année du marmot est également le moment où il commence à babiller, à grands coups de « dadada » il ordonnera à son esclave (toi) de lui ramasser son jouet qu’il vient de lancer par terre pour la trente-septième fois d’affilée.

Il commencera ensuite à se retourner sur le ventre, sur le dos, il utilisera ses bras pour avancer, puis ses jambes.

Il rampe! Il a neuf mois et il rampe!

Tu iras exposer ta fierté aux parents de ton entourage, remarquant du coin de l’oeil les autres bébés plus jeunes qui jouent déjà au football ou dansent la Tecktonik.

Tout homme célibataire a été un jour confronté aux concours de kikis, celui qui à la plus grosse bagnole, la plus belle meuf ou le dernier gadget électronique inutile. Les réunions de jeunes parents te rappelleront ces vertes années.

A entendre les différents géniteurs, on croirait même parfois assister à des ventes flash.

Mais de toute manière tu t’en fous, car ton gamin sera toujours le meilleur.

,