La ville de Genève offre gracieusement des chèques annuels de formations aux futurs étudiants avides de savoir, le site web officiel permet une inscription simple et rapide.

En regardant de plus près tu noteras un détail qui n’échappera pas à l’oeil averti du méprisable citoyen antimilitariste que tu es.

L’étudiant photographié est en tenue de combat, il est en effet très important d’être camouflé en plein milieu d’une classe de cours, milieu hostile par excellence.

Un bon soldat suisse n’a pourtant pas besoin de savoir lire ou écrire, voire même parler pour être efficace en ces temps difficiles où la guerre fait rage dans notre pays.

Quant aux mathématiques, elles se limitent à bêtement hurler « Ein! Zwei! Ein! Zwei! » en marchant bien en rang, nul besoin d’une calculatrice.

Une image erronée et certainement retouchée, personne n’y croit.

Merci à @noestabien pour la découverte!

   

Le film américain « Escape from L.A. » est un navet américain de John Carpenter sorti en 1996, c’est en quelque sorte une suite de « New York 1997 » .

Nous sommes en 2013, suite à un cataclysme qui l’a coupée du monde, la ville de Los Angeles est devenue une île pénitentiaire, le titre français est d’ailleurs « Los Angeles 2013 » . L’histoire est celle de Snake Plissken (joué par Kurt Russell), un criminel borgne peu crédible qui est envoyé là-bas pour y chercher une mystérieuse valise.

En 2013 les graphistes auront décidé de ne plus appliquer de textures sur leurs polygones, ça donne un effet vintage original.

Le monde sera devenu totalement merdique, comme d’ailleurs dans la plupart des films d’anticipations. À l’instar de « Demolition Man » seront interdits l’alcool, les clopes, les drogues, la viande rouge, le langage grossier et le sexe hors mariage.

, ,    

Les genevois voteront le 11 mars pour accepter ou refuser une loi dont l’intitulé est trompeur.

Loi modifiant la loi sur les manifestations sur le domaine public (Manifestations à potentiel violent) (LMDPu) (F 3 10 – 10615), du 9 juin 2011

Cette loi indique clairement que l’organisateur de la manifestation est responsable de tous les débordements qui pourraient survenir. Aucune personne n’osera prendre une telle responsabilité, cette loi n’est rien d’autre qu’une forme de censure.

Sur ses affiches, la section genevoise de l’UDC nous montre une image de violence urbaine, composée d’un attroupement de manifestants et d’une voiture en flamme.

La photo a été prise le 18 mars 2006 lors de la violente manifestation anti-CPE (Contrat première embauche) à Paris, les plaques européennes de la voiture indiquent clairement qu’il ne s’agit pas d’une manifestation helvétique.

Les concepteurs de l’affiche n’ont même pas été capables de trouver l’image d’une manifestation ayant dégénéré en Suisse, c’est dire l’utilité de cette loi.

Mais la critique ne s’arrête pas là, car figure-toi que j’ai pris la peine de contacter l’auteur de la photographie originale, un professionnel parisien au nom connu de la rédaction.

À mon grand étonnement il m’a affirmé ne pas avoir reçu la moindre demande de la part de l’UDC, lançant dans la foulée une riposte sur sa page Facebook.

L’utilisation de cette image a donc été faite sans le consentement de son auteur, un chapardage en bonne et due forme de la part d’un parti politique qui prône pourtant régulièrement le respect strict des lois helvétiques.

,    

Le marché de l’immobilier est saturé, les prix explosent et le loyer représente probablement la plus grosse part des budgets familiaux de la classe moyenne.

Profitant de leur position de force, certains propriétaires et certaines régies immobilières font appel à des mandataires, des professionnels du placement dont le but est d’encadrer les locataires potentiels.

Cette activité parasite vient ainsi se greffer entre la régie (ou le propriétaire) et le locataire, une place libre permettant au passage d’éviscérer encore un peu plus les familles à la recherche d’un toit.

Tu constateras que la prestation est extrêmement coûteuse, le mandant (le locataire potentiel) devant verser au mandataire l’équivalent faramineux d’un mois de loyer en cas de réalisation du contrat.

À cela viennent s’ajouter les trois mois de loyer d’avance, certaines régies en réclamant plus.

Ainsi, une une petite famille genevoise devra sortir près de dix-mille francs suisses juste pour l’obtention de son logement, à cela viendra bien évidemment s’ajouter le premier mois de loyer. L’argent bloqué sur le compte de garantie-loyer ne sera jamais récupéré, car immédiatement replacé lorsque la famille déménagera.

Cette pratique opportuniste est encore marginale, mais il y a malheureusement fort à parier qu’elle ne tardera pas à se démocratiser.

   

La guerre des navigateurs fait rage depuis des années sur Internet, la course à celui qui dominera le World Wide Web est loin d’être terminée. Celles et ceux qui ont le choix opteront peut-être pour le célèbre Chrome de Google.

Si tel est ton cas c’est ton jour de chance, car voici en exclusivité l’extension « Même Pas Mal! » pour Chrome.

Cette extension t’ajoute bêtement un gros icône sur l’onglet d’accueil, et te permet d’accéder à ton blog favori rapidement et en un seul clic.

L’installation est facile et rapide. Premièrement, tu cliques sur l’image ci-dessus. Un avertissement apparaîtra alors en bas de la fenêtre, tu acceptes avec « Continuer » parce que tu me fais confiance. Une dernière fenêtre de confirmation devrait alors s’ouvrir.

Tu choisis « Installer » et le tour est joué.

Si tu n’en veux plus, tu fais un clic droit sur l’icône et tu choisis « Supprimer de Chrome ».

Simple, efficace.

,    

Il est difficile de parler de la série américaine « The Event » sans balancer d’énormes spoilers, mais sois sans crainte car le billet que tu as l’honneur de lire ne gâchera pas ton plaisir.

Une scène notable a lieu dans le seizième épisode de la première (et actuellement unique) saison. Vicky Roberts (jouée par Taylor Cole), Sean Walker (joué par Jason Ritter) et Henri (joué par Salvator Xuereb) discutent d’un plan d’action devant une carte de la région.

Ils sont censés se trouver dans le Jura français, « near the Swiss border » .

Toutes les scènes entourant le personnage d’Henri sont d’ailleurs amusantes, ce dernier jouant le rôle du Gaulois s’exprime dans un anglais à l’accent franchouillard très prononcé, entrecoupé de phrases et d’injures en version originale.

La scène de la carte ne dure que quelques courtes secondes, mais un simple arrêt sur image surprendra n’importe quel habitant de la région.

Le dessin du lac Léman n’est pas du tout à la bonne échelle par rapport au reste. La ligne violette qui trace la frontière franco-suisse a une forme correcte mais elle ne passe pas au bon endroit dans les eaux. De plus, Morges et Lausanne se retrouvent mystérieusement téléportées à plusieurs kilomètres des rives.

Une partie de l’action est censée se passer dans la commune française de Morez (Jura), le choix de cet endroit est un mystère que seuls les scénaristes pourraient résoudre.

À un moment Henri pointe du doigt le village de Morez (chef-lieu de la commune du même nom) situé au bon endroit sur la carte, alors que l’indication « Jura Mountains » est totalement à côté de la plaque, en plein sur le massif du Chablais.

Une simple recherche sur n’importe quel site de cartographie en ligne te fournira une topographie d’une précision largement supérieure.

Sache quand même qu’à la fin le héros meurt.

Ou pas.

Source : Google Maps (carte de la région)

, , , ,    

Il y a deux manières de vendre un journal. La première consiste à engager des professionnels payés pour écrire des articles soignés, la seconde est plus basique puisqu’elle ne nécessite qu’une manchette alarmiste et trompeuse.

C’est cette deuxième solution qui a été choisie hier par un quotidien suisse romand bien connu.

Sois rassuré, la gratuité sur le Net n’est pas finie.

Internet, alias « le Net », est souvent confondu avec le Web, les deux termes sont volontairement mélangés sur la manchette incriminée.

Internet est un vaste réseau qui véhicule des informations numériques d’un point à un autre. Plusieurs applications utilisent ce moyen de transport, on peut noter pêle-mêle certains exemples notables tels que le World Wide Web, les courriels, les jeux en ligne, les téléchargements peer-to-peer, les discussions vocales, les webcams publiques, la discussion instantanée, le Cloud Computing et des centaines d’autres plus discrets, chacun ayant son propre protocole de communication.

Alors oui, effectivement, sous la pression de très riches industriels certains sites Web de partages de fichiers tels que Megaupload ont malheureusement été censurés par le gouvernement américain.

Mais la gratuité sur le Net n’est pas finie.

Le Net a toujours été payant, du simple fait de l’abonnement obligatoire pour s’y connecter. Hormis cela, lire et envoyer des courriels sera toujours gratuit, consulter les sites web sera toujours gratuit (sauf les sites de cul), télécharger tes séries américaines sur des réseaux peer-to-peer sera toujours gratuit, discuter avec ta tantine américaine sur Skype sera toujours gratuit, jouer à certains jeux en ligne sera toujours gratuit, passer ta journée devant la webcam du Taj Mahal sera toujours gratuit, flirter sur MSN sera toujours gratuit, télécharger de la musique sur Jamendo sera toujours gratuit, et venir fébrilement chaque jour sur memepasmal.ch sera toujours gratuit.

Non vraiment, la gratuité sur le Net n’est pas finie.

,    

En 1982 sortait le roman d’anticipation « The Running Man » écrit par un certain Richard Bachman, pseudonyme derrière lequel se cachait (mal) le très célèbre Stephen King. Le livre raconte l’histoire d’un père de famille qui participe volontairement à une chasse à l’homme télévisée dans le but de subvenir aux besoins de sa famille.

Une adaptation cinématographique libre est sortie en 1987, du scénario original n’est conservée que la notion de base du jeu, à savoir fuir et survivre sous l’œil des caméras.

« The Running Man » est donc un film américain réalisé par Paul Michael Glaser en 1987. Le nom du réalisateur te dira probablement quelque chose, c’est en effet lui qui interprétait David Starsky dans la légendaire série « Starsky & Hutch » .

L’histoire du film se déroule en 2019, et la prévision de l’évolution technologique est comme à chaque fois un peu bancale. On retrouve l’écart social exacerbé propre à ce genre de film, les riches sont très riches et les pauvres sont très pauvres, ces derniers doivent même subir la présence d’écrans géants qui diffusent de vieux épisodes de « Maguy » .

Un flic nommé Ben Richards (joué par Arnold Schwarzenegger) est arrêté pour avoir désobéi aux ordres en refusant de tirer sur une foule innocente et affamée, d’emblée on appréhende cette idée de hiérarchie débile qui fait face au seul mec visiblement doté d’une morale.

Les dialogues de la scène d’introduction sont bouleversants, Ben Richards est dans un hélicoptère avec ses collègues, il est en communication radio avec son chef.

Ben Richards : We’re above release point Echo-Bravo-One.

Ben Richards : Nous allons bientôt survoler le point Echo-Bravo-One.

Chef : Move in and check it out.
Chef : Allez y jeter un œil.

Ben Richards : Roger, moving in. Food riot in progress, approximately 1’500 civilians. No weapons evident.
Ben Richards : Bien reçu, on y va. Émeute alimentaire en cours, environ 1’500 civils. Pas d’armes visibles.

Chef : Procees with Plan Alpha. Eliminate anything moving.
Chef : Continuez avec le Plan Alpha. Éliminez tout ce qui bouge.

Ben Richards : I said the crowd is unarmed. There are lots of women and children down there. All they want is food, for God’s sake!
Ben Richards : J’ai dit que la foule n’était pas armée. Il y a plein de femmes et d’enfants là en bas. Tout ce qu’ils veulent c’est de la nourriture, nom de Dieu!

Chef : As you were, Richards. Proceed with Plan Alpha. All rioters must be eliminated.
Chef : Comme discuté, Richards. Exécutez le Plan Alpha. Tous les émeutiers doivent être éliminés.

Ben Richards : The hell with you, I will not fire on helpless people.
Ben Richards : Va te faire foutre, je ne tirerai pas sur des gens sans défense.

On peut imaginer la réunion de travail qui a précédé l’intervention, avec le chef borné qui annonce tranquillement « Hey les gars, il y a un petit singe échappé du zoo qui se balade au centre-ville, allez-y et butez-le! En fait butez tout ce qu’il y a sur place, c’est plus sûr, on va appeler ça le Plan Alpha! » .

L’écran d’ordinateur de l’hélicoptère a une résolution de vieux téléphone portable, et des structures sans textures dignes des premiers jeux en trois dimensions y sont affichées.


, ,    

Malgré les idées reçues, il est toujours plaisant de constater que l’humanité contient encore quelques âmes généreuses qui proposent de t’aider spontanément. En une semaine j’ai reçu deux courriels de deux personnes charitables et exceptionnelles.

Tout d’abord Sylvie, elle est directrice d’une société et m’écrit en personne, un honneur incroyable.

Bonjour,

Je voudrais profiter de cette opportunité et me présenter, mon nom est Sylvie et je suis la directrice de [société de référencement quelconque].

Je travaille au référencement de nombreux sites sur le web pour de meilleurs résultats sur Google, Bing et Yahoo!

Tout en travaillant sur l’un de mes sites partenaire, je suis tombé sur memepasmal.ch et je pense vraiment pouvoir vous aider à obtenir plus de trafic et une plus grande visibilité pour améliorer le PageRank de votre site.

J’aimerais pouvoir élaborer d’avantage sur les façons de vous aider et aussi vous pouvez visiter mon site pour d’autres détails.

Si vous êtes intéressé et souhaitez plus de détails de ma part, je serai heureuse de vous les fournir.

Suivi de Bibi, un altruiste qui mise plutôt sur les compliments, après être tombé par le plus pur des hasards sur mon blog.

Bonjour,

Permettez-moi de me présenter brièvement. Je m’appelle Bibi et je suis une spécialiste de l’optimisation de sites internet sur les moteurs de recherches.

J’ai trouvé memepasmal.ch en faisant une recherche pour un de mes collègues et une brève analyse m’a permis de constater qu’il s’agit d’un site de qualité et qui pourrait être beaucoup plus visité et mieux placé sur les moteurs de recherche.

J’aimerais énormément y travailler avec vous et faire en sorte que votre site génère un meilleur trafic. N’hésitez pas à me contacter et je me ferai un plaisir de vous expliquer en détails ma démarche.

La gentillesse de ces deux personnes était telle que j’ai rapidement répondu à leurs propositions.

Bonjour,

je vous laisse avec plaisir augmenter la popularité de mon site, j’aimerais si possible avoir au minimum une centaine de milliers de visiteurs chaque jour.

Mon budget est nul, j’espère que cela ne vous dérange pas.

Dans l’attente de voir mes statistiques de fréquentation exploser je vous présente, Madame, Monsieur, mes meilleures salutations.

Je t’encourage vivement à répondre de même à ces personnes, leur gentillesse le mérite.

   

À force d’éplucher les détails des vieux films d’anticipations on finit par référencer plusieurs points récurrents. Imaginer le futur n’est vraiment pas une sinécure, surtout si l’exercice a eu lieu avant l’explosion des technologies qui ont marqué les deux décennies entourant l’an deux-mille.

Ainsi, les vieux nanars de science-fiction des années septante comportent tous certains détails notables, on peut aisément en dénombrer au moins quatre.

Il y a toujours un mec qui porte encore la moustache, ou qui a une coupe de cheveux immonde.

Les écrans de télévision ont tous des résolutions pourries, avec des coins arrondis dus à ce bon vieux système de tubes cathodiques.

Tout le monde est malade, les rues sont insalubres et mal fréquentées. Il y a toujours une élite qui échappe à cette misère, l’écart entre les classes sociales est énorme.

On retrouve inéluctablement un des trois éléments technologiques suivant : Voiture volante, pistolet laser, vidéophonie (simple ou visioconférence).

Le film dont je vais t’entretenir aujourd’hui n’échappe pas à ces règles, voici donc en exclusivité mondiale le résumé technologique de « Rollerball » .

Le film « Rollerball » est un long-métrage sorti en 1975, c’est une adaptation d’une nouvelle de 1973 intitulée « Rollerball Murder » signée par William Harrison dans le magazine Esquire.

L’histoire se passe en 2018, un sport ultra-violent appelé Rollerball fait fureur, il rappelle clairement les jeux du cirque de la Rome antique. Deux équipes s’affrontent sur une piste circulaire, certains sont en patins à roulettes, d’autres en mobylettes.

Une balle métallique est de temps à autre lâchée, un joueur l’attrape et doit la placer dans un but unique situé en bord de piste. Tous les coups sont permis, bien que certains entrainent des pénalités légères.

Il y a évidemment pleins de morts à chaque partie, du sang partout et des spectateurs obnubilés qui n’ont plus aucune notion de la violence à laquelle ils font face.

, ,