Parmi les métiers méconnus de ce bas-monde on distinguera celui l’éminent goudronneur de poteau, qui vient tel le ninja étanchéiser tous ces supports verticaux sans qui nous n’aurions ni électricité ni téléphone.

Une fois sa noble tâche accomplie, ne reste de son passage qu’un petit bout de papier au message explicite.



Les raisons de cet avertissement sont multiples.

1. Décourager les fétichistes qui ont pour pratique sexuelle malsaine le léchage des poteaux téléphoniques.

2. Inciter les automobilistes qui auraient l’intention de s’y encastrer de plutôt aller défoncer la barrière métallique d’à côté.

3. Annoncer au monde l’existence d’une profession méconnue, voire donner un sens à la vie.

Merci de respecter ces artistes du bitume.


,    

Les voisins d'en face.

Les voisins d’en face.


Si tu fixes cette image assez longtemps tu remarqueras que les buissons sur la gauche sont en fait des militaires suisses en tenue de camouflage.

« De l’alcooool ? Nan j’vous jure que j’ai rien buuuuuuu mon capitaaaaaine *burp* »

La mission du jour: survivre dans un champ un lendemain de beuverie.

Avec de tels guerriers pour nous protéger on se sent tout de suite en sécurité.

   

Passer chaque jour devant une vitrine, en serrant les dents à chaque fois.

,    

Mais dégage, espèce de poteau!

Mais dégage, espèce de poteau!


Être militaire c’est avant tout savoir liquider beaucoup de choses, de l’alcool aux vies humaines, en passant par la morale et l’estime de soi.

Mais être un militaire suisse c’est aussi savoir mettre en avant certaines valeurs de notre belle patrie, telles la dilapidation de l’argent public en avions de combat inutiles ou le recyclage d’objets martiaux.

Chaque année a en effet lieu une grande vente de vieux matériel militaire pourri, et presque à chaque fois je te ponds un article (voir en 2008 et 2011) pour t’expliquer tout ce que tu as manqué. La dernière braderie du genre s’est hélas terminée dimanche passé, tu n’y es pas allé? Moi non plus.

Viens à « La Gamelle », on y sert la même merde que dans les casernes

Le catalogue 2012 au format PDF contient un grand nombre d’ustensiles très utiles pour le baroudeur qui se cache en toi. La mise en page est tellement travaillée qu’elle convaincrait même un citadin d’acheter un véhicule tout-terrain (alors que l’on sait pertinemment que personne n’est assez stupide pour faire une telle chose).

On regrette quand même l’absence de lance-mines, de tanks et de fusils d’assauts helvétiques, ces derniers fournis gracieusement aux citoyens-soldats du pays étant très prisés pour les carnages familiaux ou les suicides violents.

Le premier article est une lampe de poche camouflée. Le vert-kaki est très important pour ne pas que l’on puisse la repérer de nuit, surtout quand le soldat qui la possède l’allume discrètement en pleine forêt.

La lumière semble alors provenir d’une innocente fougère, c’est dingue mais l’ennemi est tellement débile qu’il croit être sur Pandora.

Tu apprendras au passage que nous avons des brousses en Suisse, ce pays inexploré à la nature féroce. Heureusement, notre armée possède un matériel sophistiqué qui permet à nos fidèles troufions de traverser de telles zones sauvages sans le moindre risque pour leur brushing.

Nos jungles chaudes et humides sont d’ailleurs réputées à travers le monde et font passer la forêt amazonienne pour un ridicule jardinet de balcon.

Les têtes de culs que nous font les chapkas étant de notoriété publique, l’armée a trouvé un moyen vicieux pour se débarrasser de son stock. Profitant de la naïveté des civils, elle a renommé le produit pour le rendre attractif.

« Kikou je suis déguisée en Bourriquet! »

Apple avait d’ailleurs déjà fait de même, en renommant son produit « iPhone 4 » en « iPhone 5 » pour écouler ses invendus. Et le pire c’est que des tas de gens crédules les ont acheté, c’est dingue non?

On peut également y trouver un anorak camouflé, qui rend magiquement invisible toute personne qui s’en équipe pour ramper dans la neige blanche.

N’oublie pas d’acheter le short assorti, avec l’anorak ça te donnera un style hipster qui fera fureur dans les rues de Bagdad.

Faire l’armée en Suisse c’est avant tout savoir préparer son foie à l’ingurgitation journalière d’un bon litre d’alcool pur. Pour cacher ce vice aux ennemis de la confédération et à la hiérarchie, le militaire malin utilisera cette flasque qu’il dissimulera subtilement dans un pot de fleurs une fois son méfait accompli.

Elle est tellement bien cachée que si « Flasque » n’était pas précisé je pense que tout le monde se dirait « oh putain ils vendent des bégonias maintenant au surplus militaire? » .

Si toi aussi ta chère et tendre patrie t’as forcé à faire ton armée chez les pécores de Schwytz ou Trouducwald tu auras alors probablement remarqué l’absence totale de représentantes de l’espèce humaine.

Que l’on m’explique alors à quoi sert cet exemplaire de femelle verte-kaki qui semble aimer les ustensiles bien durs mesurant entre cinquante centimètres et un mètre.

Pour palier à cette absence de gent féminine lors des beuveries nocturnes, le bon soldat suisse revêtira parfois un costume officiel qui lui permettra de parader devant ses frères d’armes, voire sur un char avec de la Techno à fond.

D’autres vêtements révèlent leur utilité dans des situations que l’on n’imaginerait pas. Par exemple, si tu te retrouves par le plus grand des hasards invité dans une soirée qui a pour thème « les heures sombres de notre histoire » tu pourras toujours porter ce splendide képi de la Luftwaffe.

Bras droit tendu en avant, légèrement surélevé, paume vers le sol, c’est du plus bel effet.

Quoi qu’il en soit, la Suisse reste une patrie fière dont l’armée n’utilise que des produits locaux, tels ces bonnets qui ne donnent absolument pas une tête de con à ceux qui les portent.

Le jour où nos vaillants soldats suisses porteront enfin ces bonnets péruviens ce sera l’hécatombe dans les rangs de l’ennemi, ils finiront tous par subitement mourir…

… de rire.

,    

Après avoir frappé un grand coup dans le monde du graphisme professionnel, le Mouvement Citoyen Genevois (MCG) attaque aujourd’hui frontalement les plus grands créateurs de slogans publicitaires du monde grâce à une affiche époustouflante.

Du grand art qui mérite d’être proprement cité dans tout atrium d’université qui se respecte.

Les vaccins protègent… mais pas contre tout!

Je ne te le fais pas dire.

La moitié de l’affiche est quand même utilisée juste pour râler sur un sujet à propos duquel le peuple ne se prononcera même pas, à savoir les accords fiscaux, le référendum n’ayant finalement pas atteint le nombre de voix nécessaire alors que les fascicules de votations étaient déjà imprimés (et les affiches du MCG aussi visiblement).

Pour illustrer cette situation intolérable rien de tel que des billets de banques européens et américains (vils envahisseurs diaboliques!) à l’effigie de notre présidente annuelle Eveline Widmer-Schlumpf, membre du Parti Bourgeois Démocrate.

C’est toujours un grand moment de satisfaction de voir les différents partis du même bord se tirer mutuellement dessus.

Photomontage hallucinant, douze minutes avec MS Paint, suivi du slogan ultime.

HÉLAS! Nous ne voterons pas sur les traités fiscaux. Préservons au moins nos animaux!

Certes.

Afin de bloquer rapidement tes tortures mentales et répondre à cette question qui taraude en ce moment ton esprit étriqué : Non, il n’y a effectivement aucun rapport.

Grand prix 2012 du slogan qui tue, remis en personne par les jeunes UDC valaisans, alias « tu niques la Suisse, tu gicles! » .

La votation en question concerne une nouvelle loi qui encadrera le contrôle sanitaire de nos bêtes afin d’éviter des cas d’épizooties.

Non, ce n’est pas une maladie.

Enfin si, dans un sens.

Mais non.

Tu noteras finalement le détail qui claque tout en haut de l’affiche, la présence de deux vaches qui regardent le logo du MCG, le seul public ayant probablement l’intelligence nécessaire pour comprendre tout cela.

, ,    

Fais quand même attention si tu sors du côté des Charmilles à Genève, il semblerait qu’un mec ait perdu son ours d’appartement.

Heureusement pour ta santé, il semble être non-fumeur.

,    

Je vais te parler aujourd’hui d’une série télévisée originalement prometteuse dont la diffusion est actuellement en cours au pays de l’oncle Obama.

Sans accent aigu, parce que c’est en anglois.

Le fond de l’histoire est assez banal : une catastrophe à l’échelle mondiale détruit la société telle que nous la connaissons.

Point de zombies ou d’extraterrestres dans ce cas précis, juste une grosse coupure de courant permanente. Plus aucun appareil utilisant l’électricité ne peux fonctionner, de l’avion au téléphone portable, en passant par la voiture et le vibromasseur. Une sorte d’impulsion électromagnétique a tout bousillé et rend leur utilisation impossible, un peu à la manière des EMP (ElectroMagnetic Pulse) dans le film « The Matrix » .

L’histoire se passe quinze ans après le blackout, l’humanité est revenue à l’âge de bronze et on ne sait toujours pas ce qui s’est passé.

A l’instar de quelques ténors du genre tels que « The Walking Dead » ou « Flash Forward » , on notera que la notion de « monde entier » équivaut en fait aux seuls Etats-Unis d’Amérique.

La cartographie de toute la planète Terre selon les ricains.

Sans électricité on ne peut plus tirer l’eau après avoir fait caca, les intellectuels ne peuvent plus regarder « Secret Story » à la télévision et les adolescentes ne peuvent plus poster sur Facebook des photos de leur bouche en cul de poule devant le miroir de la salle de bain. C’est vraiment la merde.

Les gens cultivent le persil dans des carcasses de Prius, parce que les pots en terre cuite c’est trop mainstream.

Les nombreux états de la planète (donc des Etats-Unis) ont été redécoupés et réorganisés après la chute des gouvernements.

La trame de cette série se passe dans la « Monroe Republic » , du nom de son dictateur Sebastian « Bass » Monroe, un psychopathe impitoyable interprété par David Lyons.

Cet acteur avait notamment joué Simon Brenner dans les deux dernières saisons de « ER » (« Urgences » chez les gaulois), et avait même obtenu un rôle au cinoche avec Julia Roberts dans le film « Eat Pray Love » .

Son personnage de Sebastian Monroe est à la tête d’une milice qui fait respecter l’ordre par la force dans ce qui reste de la civilisation, ils font face aux rebelles qui veulent restaurer la vaillante patrie des Etats-Unis d’Amérique (que Dieu la protège, bénie soit-elle, amen, amen, alléluia!)

Plus de lessive, plus de douche chaude, plus de dentistes ni de médecine moderne. Tu imagines un retour au siècle passé, avec des gueux en guenilles qui broutent dans les prairies et chassent le lapin.

Et puis tu tombes sur l’actrice Tracy Spiridakos qui tient le rôle de Charlotte Matheson, très crédible dans son rôle de chasseuse avec ses cheveux mal coiffés dégueulasses.

Son frère Danny Matheson est interprété par Graham Rogers, une sorte de Justin Bieber imberbe à qui t’as envie de coller des pains à chaque fois qu’il ouvre sa gueule de laquelle sort une voix de Mickey Mouse défoncé aux cannabis.

« Hi hi je ne me suis pas rasé depuis trois ans pour faire rebelle »

Après cette première scène, un frisson parcourt ton échine ultrasensible de spectateur aguerri, une sensation de déjà vu t’envahit. Tu sens venir le coup foireux de la série d’ados, telle la défunte « Terra Nova » (je t’en avais d’ailleurs parlé ici).

Le reste est soumis à l’habituelle…


Lire la suite

, , ,    

Gniiiiii!

Gniiiiii!