Surtout continuez à acheter Windows.

Windows Cornavin

   

Toi qui parcours ce blog depuis sa création en 1853 tu auras sûrement remarqué que son éblouissant auteur y a subtilement glissé de nombreuses fautes d’orthographe, volontairement cela va de soi. Hé bien figure-toi que certains constructeurs de panneaux ont eu la même idée, vivement que les concepts soient brevetables en Europe.

Ikea

   

WalterLes supérieurs de Walter avaient été clairs : pourrir la vie des Terriens en vue de faciliter l’invasion de la Planète Bleue. Avec un infiltré comme lui l’affaire n’allait pas prendre trop de temps, son professionnalisme était reconnu de tous, il avait emmerdé assez de monde sur sa planète pour qu’on lui attribue d’office la mission.
Après un atterrissage foireux au milieu des montagnes, Walter se rendit dans la grande ville la plus proche et commença son plan machiavélique de sabotage.
La première étape fut subtile, il remplaça une à une toutes les prises triphasées des habitations par d’autres inventées un soir dans son garage. Ainsi, toute personne qui voudrait brancher une cuisinière devrait dès aujourd’hui rechercher une prise qui n’existerait dans aucun commerce. Un manager ISO 9001 de l’UE qui passait par là lui facilita même le travail en rendant cette abomination standard. Walter était content, les humains coupaient d’eux-mêmes la branche sur laquelle ils étaient assis. Il profita de son passage dans les nombreux foyers pour inverser quelques fils téléphoniques : couper la communication aux Terriens était une idée brillante qu’il avait émise un soir lors d’un dîner entre amis. Ou alors était-ce un rôt? Bref.
Grâce à son don d’ubiquité Walter l’alien finit rapidement l’étape de pourrissage des foyers, il fallait maintenant se lancer dans une opération de plus grande envergure. A partir de ses excréments et de quelques gravillons il créa des ersatz d’êtres humains dont l’unique but serait d’infliger de sournoises contraventions aux personnes qui oseraient dépasser le temps de stationnement de quelques minutes, temps de stationnement qu’il avait bien entendu lui-même fixé le plus court possible. Il obligea également les personnes qui vivaient en ville à acheter un remarquable macaron à placer derrière le pare-brise, il suffisait aux résidents d’envoyer à une fondation arbitraire une somme colossale accompagnée d’une centaine de papiers administratifs justifiant leur identité et leur lieu de résidence (un seul papier n’aurait pas suffit bien entendu, cela aurait été trop simple). Les humains acceptaient un par un les sabotages de Walter, sa mission s’annonçait décidément de plus en plus simple.

Lorsque les vaisseaux de guerres envahiront la Terre, Walter sera sûrement président depuis bien longtemps.

   

La crise du logement c’est de l’histoire ancienne, de nos jours il est vraiment simple de trouver un appartement. Pour cela il vous suffit de vous rendre dans une régie et d’y déposer votre dossier qui doit se composer de :

- Certificat de bonne vie et moeurs (disponible au plus proche poste de flics, ouvert de 10h30 à 10h35 tous les 30 février)
– Photocopie du passeport (pour prouver que vous n’êtes pas une de ces personnes qui vient user le bitume de notre pays)
– Extrait de l’office des poursuites (compter trois-mille balles et douze ans d’attente, ils n’ont pas Internet à Berne)
– Echantillons de sperme (y compris pour les femmes, pas de discrimination)
– Lettre de motivation
– Photocopie des parties génitales (pas de travelos chez nous hein mon brave monsieur)
– Examen sanguin comprenant un échantillon (compter deux litres environ)
– Feuilles de salaire des cinquante dernières années
– Extrait de compte (attestant que vous êtes un bon suisse plein aux as)

Une fois le dossier déposé, la régie va procéder à ce que nous autre du bas-peuple appelons couramment « L’attente infernale ». Plus aucun signe de vie humaine n’émanera de leurs bureaux, parfois quelques bruits seront audibles de l’extérieur mais ce sera le chat qui aura renversé la machine à café. Il vous faudra alors prendre les devants et appeler, après une vingtaine d’essais un robot vous préviendra alors « Ah mais en fait le propriétaire avait déjà quelqu’un depuis des mois, merci. » .

Si par chance (merci à lui s’il me lit) vous parvenez à trouver de quoi vous loger, il vous faudra alors faire face à la milice des trous dans les murs et des peintures pas propres, parce que quand même vivre dans un appartement pendant des années ça ne devrait pas laisser de traces. N’oubliez également pas de prévenir votre régie de votre départ, il est impératif de le faire une quinzaine d’années à l’avance sinon ils vont vouloir vous garder encore quelques temps, ce sont des animaux très attachants.

Une fois que vous aurez récupéré vos cautions amputées d’un montant aléatoire, vous aurez alors l’immense privilège de pouvoir vous lancer dans la valse des cartons. Avec une certaine dextérité vous pourrez créer quelques murs supplémentaires en les empilant de manière audacieuse, transformant ainsi votre trois-pièces en somptueux treize-pièces.

Pour le reste de l’aventure il vous faudra attendre que les techniciens de Bluewin installent l’ADSL dans le nouveau chez-moi, ou plutôt « chez nous » devrais-je dire. A bientôt donc, stay tuned! ;)

   

Faut vraiment faire attention à la rétroactivité, elle provoque des mutilations génériques.

Retroactive

Source : Le Matin

   

ThemisMon nom est Bernard Dubrovnick, je suis avocat. Ma famille travaille pour la célèbre étude Dubrovnick & Cie depuis de nombreuses générations. Nous représentons le droit moderne depuis que ce mot existe, nous sommes la référence légale pour un grand nombre de personnalités de la Haute Société. J’ai vu passer les pires criminels, entendu les histoires les plus abominables, défendu ou attaqué des voleurs, des violeurs, des assassins, des animaux. Je suis rôdé, je suis à toute épreuve, rien ne m’arrête, je suis le Gérard Majax du barreau, le Patrick Bruel du Palais de Justice, celui qui vous sort le brelan d’as au moment où la partie adverse a misé jusqu’à ses couilles. Je fous à poil tous mes adversaires, pas un seul procès perdu dans la famille depuis des lustres. Même grand-papa avait réussi à faire sortir un pédophile de taule sous prétexte que sa victime était consentante, c’est dire la puissance suprême qui nous anime, nous, les Dubrovnick. Mon nom ne vous fait pas peur? Pas grave, ça va venir. Nous sommes indestructibles, mais pourtant…

Aujourd’hui j’ai peur, je sens que ça va merder. On m’a confié une sale affaire, une ordure de la pire espèce. Le monstre de base pour qui la peine de mort ou l’internement à vie ne suffirait pas. Ils ont parlé de rétablir la torture et la castration physique juste pour ce mec, c’est dire. Je suis sur ce dossier depuis quelques semaines, et bordel on peut dire que le temps passe lentement quand on ne dort plus la nuit. Non mais franchement, comment je vais pouvoir défendre cette chose, cette bête qui répugne tout son entourage.

Pascal Boguet, c’est son nom. Je ne suis même pas certain qu’on puisse le qualifier d’humain, dommage qu’on ait pas de terme neutre en français comme le « it » anglais ou le « das » allemand, ça lui conviendrait mieux. Dire qu’il y a à peine dix ans cette sous-merde n’aurait eu aucun problème, heureusement qu’ils ont voté ces nouvelles lois anti-débordements, ça me donne envie de gerber rien que de penser qu’il pourrait retourner dans la nature. Je dois pourtant défendre ce déchet, c’est mon métier, je suis avocat. De toute manière il va en prendre au minimum pour un demi-siècle, ça lui apprendra à faire le con avec la législation moderne. Dire qu’il aurait pu passer entre les mailles du filet, heureusement que son employeur l’a dénoncé à la justice. Faire ça sur son lieu de travail non mais j’vous jure, il a tué la confiance que ses supérieurs avaient placée en lui, il s’est grillé tout seul ce con.

Tiens justement, j’ai le dossier sous les yeux. « Affaire P. Boguet – avril 2014 – Utilisation d’internet à des fins personnelles » .

Quel monstre!

   

Chère nièce, comme je te l’ai promis hier voici quelques images de mon expédition en milieu électronique.

Arrivée sur place, les chars ne sont pas encore partis. On remarque les deux sponsors responsables à eux seuls de la majorité des cas de cholestérol de la région. L’ambiance est chaude, les anges arborent de magnifiques auréoles au dessus de leurs cheveux blonds, les miennes sont plutôt sous mes bras.

Lake Parade 2007

Malgré l’invitation à monter sur le char d’un ami DJ (il m’en reste quelques uns de ma période Rave) je préfère prendre des photos depuis les trottoirs, entouré du bas-peuple.

Lake Parade 2007

Quelques indigènes se sont hauts perchés afin de mieux ressentir les vibes, ouais tu vois quoi, c’est trop hype.

Lake Parade 2007

David Vendetta, grâce auquel on peut faire de splendides jeux de mots.

Lake Parade 2007

Vision post-apocalyptique de la rue.

Lake Parade 2007

Un petit contrejour afin de tester l’efficacité du verre polarisant.

Lake Parade 2007

   

Le hasard quand même parfois c’est incroyable, aujourd’hui, 07.07.07 est le jour de la Lake Parade et de nombreux mariages. Si t’as l’immense honneur de visiter la cité de Calvin en cette journée ensoleillée tu pourras apercevoir des tas de gens habillés bizarrement en train de bouger au son des ousk ousk ousk tchikitaaaa. Je te ramène les photos dès que possible.

Tendrement.

Ta maraine qui t’aime.

   

Le principal problème d’un informaticien est justement d’être informaticien. Souvent les pécores de la technologie frappent désespérément à ma porte dans l’infime espoir d’une solution rapide et efficace à leur problème récurent d’ordinateur. La solution à la plupart des pannes informatiques consiste à réinitialiser votre PC, pour ce faire suivez pas à pas la petite vidéo ci-dessous et vos soucis disparaîtrons instantanément.

Ne me remerciez pas, j’ai eu grand plaisir à la tourner.

   

Pour éviter de se faire fracasser la tronche contre le pare-brise d’un chauffard en traversant les rues de Lyon, il suffit de suivre les indications lumineuses.

Lyon - Rue Gentil

Si tu trouves que l’image est trop petite, t’as qu’à cliquer dessus.