Les téléphones portables achetés dans les magasins officiels réservent parfois quelques surprises désagréables. Voici l’histoire qui résulte de l’acquisition d’un HTC Desire HD sous Android dans un Swisscom Shop en 2011.

Depuis plusieurs années, les grands opérateurs préinstallent des applications verrouillées sur les téléphones mobiles vendus, elles sont protégées et donc impossibles à désinstaller. Cette technique d’utilisation forcée hautement discutable leur rapporte un peu d’argent grâce à des accords passés avec les différents fournisseurs de logiciels.

Ainsi, après une analyse des programmes préinstallés je me suis rendu compte que certains ne sont même pas publicitaires. Il s’agit en effet d’applications de gestions propres à des opérateurs téléphoniques étrangers, qui n’ont de ce fait clairement rien à foutre sur un mobile suisse.

Parmi eux on dénombre sept applications autrichiennes de l’opérateur A1 Telekom Austria :

- A1 Apps
– A1 HANDY Parken
– A1 TV Player
– A1 Gutschein Box
– A1 Music
– A1 Wisepilot
– Mein A1

Notons également la présence de quatre applications françaises de l’opérateur SFR :

- SFR Répondeur +
– SFR TV
– SFR WiFi
– SFR Mon Compte

Ainsi que quelques jeux ou divertissements :

- Monopoly
– Facebook
– Soundhound
– Peep
– Texas Poker

Toutes ces applications sont stockées dans le répertoire « system » d’Android et ne peuvent donc pas être supprimées, à moins d’avoir un téléphone « rooté » (dont on est administrateur). Certaines présentent la particularité louche de démarrer toutes seules, même après avoir été tuées inlassablement par un gestionnaire de tâches.

Le HTC Desire HD vendu par Swisscom (pour ne citer que lui) est en « S-ON », ce qui signifie qu’une sécurité empêche l’installation de versions alternatives d’Android ainsi que le fameux « rootage » (opération consistant à devenir administrateur de son téléphone).

Le client se retrouve donc avec un téléphone portable dont le système Android contient une vingtaine d’applications non désirées et inutiles, parmi lesquelles certaines ont accès à la fois aux données confidentielles et à Internet, un duo effrayant pour la protection de la sphère privée.

, , , , ,    

Deux jours. C’est approximativement le temps accordé en Suisse à un homme pour la naissance de son enfant.

Deux jours. C’est approximativement le temps que met une femme pour accoucher.

Le code des obligations helvétique ne mentionne même pas un quelconque congé paternité, voire parental. Les jours donnés sont ainsi laissés au bon vouloir des entreprises, qui déduisent même parfois les jours manqués du salaire de l’employé.

Un jour, deux jours, cinq jours, parfois plus dans de très rares cas, nous sommes loin des deux mois minimum accordés par exemple aux nouveaux pères suédois.

A peine le rejeton sorti du ventre de sa mère que l’heureux géniteur doit le quitter, le temps est compté et le travail n’attend pas. Un père n’a pas de sentiments pour son enfant, un mari n’aide pas sa femme récemment accouchée. Un homme doit travailler, ramener de l’argent à sa famille et à son pays, sans doute afin que le gouvernement puisse le gaspiller allègrement dans l’achat de nouveaux avions de combat inutiles, ou dans des projets informatiques foireux à 700 millions.

Mais au fond, comment peut-on être contre le congé paternité? Voire même l’excellent concept du congé parental des pays nordiques?

J’ai posé la question sur Twitter, sur Facebook, et glâné quelques réponses sur différents blogs. Les voici.

Tous les commentaires venant de Twitter sont parfois ironiques ou cités, tu éviteras donc de t’en prendre à leurs auteurs. Pour les plus sérieux d’entre-eux on retrouve la légendaire cause unique du pognon propre à la Suisse, qui avait d’ailleurs abouti au refus complètement débile des six semaines de vacances, ainsi qu’à l’autorisation immorale de poursuivre les exportations de matériel de guerre.

Un nourisson dort de toute façon 23h30 par jour.
(Entendu d’un élu PLR ou UDC au Parlement Vaudois, transcrit par Raphaël M.)

Le congé paternité n’est pas que pour s’occuper du nourrisson, mais également pour assurer une présence aux côtés de la mère. Un accouchement n’est pas aussi naturel qu’on voudrait le croire, c’est un acte violent qui nécessite plusieurs jours de repos et une aide continue.

L’appréciation selon laquelle un enfant a autant besoin de sa mère que de son père répond à des critères personnels hautement contestables.
(Entendu d’un élu PLR ou UDC au Parlement Vaudois, transcrit par Raphaël M.)

Un commentaire émis par les mêmes personnes qui s’opposent becs et ongles à l’adoption par les couples homosexuels, à grands coups de « un enfant à besoin d’un père et d’une mère » . Aucune cohérence, pour changer.

Cela constituerait un privilège de plus pour les employés de l’Etat.
(prononcé par la radicale Véronique H. après le refus de 20 jours de congé paternité pour les employés de l’Etat de Vaud)

Et alors? Les droits des fonctionnaires ont souvent été un exemple suivi ensuite par les entreprises, leur refuser le droit au congé paternité serait donc une simple affaire de jalousie?

Heureusement, on peut toujours compter sur son petit troupeau de twittos pour argumenter de manière efficace.

Si les hommes avaient des seins nourriciers, ça se saurait.
(@MlleFunambuline)

Si on part sur cette voie, un jour les gens réclameront un congé mater/paternité quand ils adopteront un chien/chat/koala.
(@SeriouslyFab)

De toute façon c’est la maman qui se tape tout le boulot, autant qu’elle continue (c’est pas comme si elle avait une vie à elle)
(@mlle_cassis)

Dans mon cas même si j’avais eu le choix j’aurais préféré que ce soit ma femme qui soit le plus longtemps en congé, parce qu’elle ne voulait pas utiliser le tire-lait et moi ça me faisait trop mal!
(@svonroth)

Les pères préfèrent se faire chier au boulot plutôt que de torcher leur gamin.
(@BrunetJohn)

Car je n’aurai plus d’excuse, quand bb hurle au milieu de la nuit, pour dormir et laisser à Mme le soin de tout faire.
(@souslapoussiere)

Clairement, et par expérience, on peut affirmer que la solution de facilité face à un nourrisson tyrannique est la fuite. Mais être un mâle viril et poilu implique également certaines responsabilités, dont celle de s’occuper de son enfant. Nous ne vivons plus dans des cavernes, les mâles n’ont plus besoin de chasser.

Un ami m’a dit l’autre jour: « Nous (les hommes) on ne doit pas créer un lien avec le bébé comme la maman et donc on a pas besoin de rester avec lui après sa naissance. »
(@OwcyVonSarace)

Qui a dit que nous les hommes ne devions pas créer de liens avec le bébé? Aucun texte même religieux n’est contre le lien entre un père et son enfant. Notons au passage que l’auteur original de cette tirade n’a pas d’enfant, et que cette phrase provocatrice n’est probablement due qu’à un excès de masculinisme.

Être un père présent et affectueux peut en effet être vu comme avilissant par certains conservateurs aux convictions moyenâgeuses.

Finalement, peu de réels arguments se valent.

Pourquoi le coût économique d’une décision personnelle (avoir un enfant) devrait-il être supporté par l’employeur ?
(@SeriouslyFab)

Les coûts du congé paternité seraient supportés en partie par l’État. Ce même argument de l’employeur saigné avait été prononcé lors des votations contre les six semaines de vacances, sauf qu’ici il n’est plus question de loisirs, mais d’assurer une présence lors d’un évènement difficile qui nécessite la présence permanente des deux parents.

Les artisans ou sociétés font comment avec le profil du mec qui a 4 ou 5 semaines de vacances, 3 semaines d’armée ou service civil, 1 semaine de maladie et 4 semaines de congé pat? 3 mois d’absences par année.
(@noestabien)

La petite entreprise pourrait effectivement être pénalisée par l’absence plus ou moins longue d’un de ses employés. La solution idéale (d’après l’auteur même de la citation) serait tout simplement d’abolir l’armée pour compenser, mais c’est un autre débat.

En définitive, les seuls lésés seraient les dirigeants de petites ou moyennes entreprises. Il y a malheureusement fort à parier que si ce droit était soumis au peuple il serait refusé par une large majorité, de ce côté là il n’y a pas grand chose à attendre d’un peuple qui refuse six semaines de vacances.

Sources :
– Twitter (merci à mes 685 suiveurs)
– Facebook (merci à mes 57 « amis »)
– Le blog de Raphaël Mahaim (copie de l’article ici)
Code des obligations suisse
@mlle_cassis pour son aide sur ledit code
– Journal « 24 Heures » du 20.03.2012 : « Non au congé paternité de 20 jours » (copie de l’article ici)
– Journal « La Tribune de Genève » du 26.03.2012 : « L’armée a gaspillé 700 millions dans un projet raté » (copie de l’article ici)

, ,    

Dans le but d’indiquer les emplacements stratégiques aux troufions motorisés, l’armée suisse place à certains carrefours routiers des panneaux facilement reconnaissables par leur couleur jaune.

Sur ces panneaux sont inscrits des codes courts ultra-top-secret-défense qui correspondent aux noms des destinations à atteindre. Deux ou trois lettres suffisent en général, mettre des mots entiers demanderait de leur part un effort intellectuel insurmontable.

À Genève, ledit code se conforme précisément à l’image que nous avons des militaires.

Qu’ils sont drôles.

   

La route entre Aigle et Leysin a été bloquée ce matin par la chute d’énormes rochers, détachés de leur montagne suite au gel.

Heureusement, la commune a rapidement fait appel au seul homme capable de dégager ces blocs de plusieurs tonnes avec un simple balais en paille : VOIRIEMAN !

Il est notre Chuck Norris helvétique!

Source : 20 Minutes
Photo : sebanex.com via 20 Minutes
Merci à @burninghat pour le terme « voirieman »

   

La presse-poubelle est à la presse ce que le papier-toilette est au papier. Partant de ce postulat, le principe du succès de ces journaux jusqu’ici incompréhensible devient alors acceptable. Tout le monde en a besoin pour purger et nettoyer les matières fécales, ou la matière grise.

Rien que la couverture est digne d’intérêt, si tu as du temps à perdre tu peux t’amuser à compter les points d’exclamations. Tous les moyens sont bons pour attirer l’attention de l’acheteur potentiel, du mensonge quasi-systématique au ragot lamentable, sans oublier les fameuses phrases à double sens.

Il y aurait de quoi en faire un sujet de master, et ce n’est pas ma soeur qui dira le contraire.

Dans un dernier numéro, on nous parle de la métamorphose de ce qui semble être une chanteuse, et principalement du secret qui entoure ce ravalement de façade.

Mettant de côté le fait que personne n’en a strictement rien à foutre, je vais te faire économiser un euro en te révélant le secret incroyable de la métamorphose de Maureen : En fait, elle est allée chez le coiffeur!

Ça méritait quand même un article.

   

Dans l’autre sens caporal !

Dans l’armée suisse pour conduire un camion militaire il faut le mettre dans l’autre sens, les roues dirigées vers le bas !

C’est pourtant pas compliqué.

Source : Lecteur reporter anonyme sur 20min.ch

,    

Dans notre monde moderne, trois éléments dirigent l’humanité : Le sexe, l’argent et le plaisir. En Suisse c’est un peu différent, nous avons le pognon, le pognon et le pognon.

Le peuple helvétique vient en effet de refuser deux semaines de vacances supplémentaires, par 66% des voix.

Citoyen de la planète, je te laisse gracieusement quelques secondes pour terminer ta crise de fou rire provoquée par cette nouvelle qui mérite bien un mème.

Aucun piège là dessous, aucun sous-entendu, aucun traquenard, nos quatre semaines de congés payés actuelles auraient été purement et simplement converties en six semaines. Nous l’avons refusé, par 1’531’350 voix contre 771’981.

Plus de vacances signifie plus de chômage, tel était l’argument phare des détracteurs de l’initiative. Savoir faire peur pour contrôler les voix, une recette qui fait visiblement toujours son petit effet, le célèbre « c’est la crise » ne valant plus un clou sur le marché des arguments pourris.

Parmi les meilleurs élèves citons le Jura qui n’a refusé qu’à 50.7%, suivi de Genève à 52.6% puis le Tessin à 54.1%.

À l’inverse on note un refus à 82.2% pour le canton d’Appenzell Rhodes-Intérieures, suivi à 79.1% par Obwald et à 78.4% par Nidwald. Trois cantons médiévaux réputés pour leur ouverture d’huître et leur fameux concours annuel de ramassage de gravier à la fourche.

Les Suisses, ce peuple étrange qui accepte des augmentations de taxes et qui refuse deux semaines de congés payés supplémentaires.

La risée du monde, et à juste titre.

Sources : ge.ch ainsi que quelques mèmes notables

,    

Toute personne qui possède un blog sous WordPress a normalement installé une extension permettant de filtrer les nombreux commentaires indésirables, notons par exemple l’excellent Akismet qui se démarque des autres par sa transparence et sa facilité d’emploi.

Le problème étant que les spams sont notés comme tels et apparaissent quand même dans le tableau de bord, obligeant l’administrateur du site à faire le ménage de temps en temps.

Sans intervention manuelle, l’extension Akismet supprime normalement les spams après un mois, ce délai est malheureusement trop long et impossible à modifier.

C’est pour cette raison que j’ai créé une extension pour WordPress qui supprime automatiquement chaque jour à minuit tous les commentaires marqués comme indésirables. Il faut bien entendu avoir une confiance aveugle en Akismet, ou son équivalent.

Pour l’utiliser c’est très simple, tu télécharges le fichier ZIP « auto-delete-spam.zip » en faisant un clic droit, puis « Enregistrer sous… »

A l’intérieur de ce ZIP se trouve un fichier nommé « auto-delete-spam.php », tu l’envoies via FTP dans le répertoire « wp-content\plugins » de ton site, puis tu actives l’extension depuis ton interface d’administration.

Le spam sera enfin à la place qu’il mérite, celle où personne ne s’occupe de lui.

Voici basiquement comment la Bête fonctionne sous le capot, tu peux t’arrêter de lire ici si tu désires rester simple utilisateur.

Donc, un « hook » est effectué lors de l’activation de l’extension, il appelle la fonction « ads_activate ».

1
register_activation_hook(__FILE__, 'ads_activate');

Cette fonction « ads_activate » planifie chaque jour à minuit l’appel à un évènement appelé « ads_event ».

1
2
3
function ads_activate() {
    wp_schedule_event(strtotime('midnight'), 'daily', 'ads_event');
}

Si tu veux que la purge s’effectue agressivement chaque heure au lieu de chaque jour, tu remplaces la ligne de code par la suivante.

1
wp_schedule_event(time(), 'hourly', 'ads_event');

N’oublie pas de désactiver l’extension avant de faire cette manipulation, puis de la réactiver ensuite.

L’évènement « ads_event » appelle juste la fonction « auto_delete_spam ».

1
add_action('ads_event', 'auto_delete_spam');

Cette fonction « auto_delete_spam » exécute finalement une simple requête SQL de purge, en utilisant l’objet global de connexion à la base de données « $wpdb ».

1
2
3
4
function auto_delete_spam() {
    global $wpdb;
    $wpdb->query("DELETE FROM $wpdb->comments WHERE comment_approved = 'spam'");
}

Basique, efficace.

,