L’histoire du jour se passe dans une petite commune du canton de Zoug, une famille originaire des Balkans y réside depuis vingt ans. L’été passé les parents décident de déposer une demande de nationalité pour leurs enfants, deux filles et un garçon de douze ans.

Les deux premières obtiennent le passeport, mais pas le garçon. Le motif officiel évoqué est clair, « l’enfant ne reconnaît ni la portée ni les effets d’une naturalisation. Ainsi, il ne peut se faire aucune opinion propre ni l’exprimer clairement. » 

Une précision s’impose, le petit homme en question est handicapé mental.

Heureusement, le conseil communal précise que « le garçon pourra redéposer une demande de naturalisation dans quelques années » . Ouf alors, on aurait pu facilement croire qu’il s’agissait en fait d’une décision stupide ou xénophobe. Nous voilà rassurés, même si le parti majoritaire du canton de Zoug est l’UDC ce choix est malgré tout le fruit d’une réflexion mesurée.

Ainsi, c’est avec un immense plaisir non dissimulé que je remet le prix de « Notion d’Infini » du jour à l’ensemble du conseil communal de cette petite commune zougoise anonyme.


,

14 commentaires

  1. C’est pitoyable ! Quelle honte !!!
  2. C’est la Suisse, le pays du respect.
  3. Probablement rien de xénophobe, juste de la connerie administrative dans toute son ampleur causé par un saucissonnage et isolation des services, comme partout maintenant.

    Une vision politique du futur à combattre par tous les moyens.
  4. Et un nouveau dossier à la cour européenne des droits de l’homme, un!
  5. @Richard
    Pourquoi « probablement rien de xénophobe » ?
  6. Ben sinon, je ne vois pas trop intérêt d’accorder deux demandes sur trois…

    Ça ressemble plus à une application aveugle de règles qu’à un sadique en action (encore que ?)…
  7. Ah ben on peut être con ET raciste en même temps hein, ça doit même être courant. (siffle)

    Mais je t’accorde que l’incompétence des fonctionnaires et la fermeture d’esprit suisse y est aussi probablement pour quelque chose.
  8. @Richard
    La xénophobie est genrée…
    Très souvent les nations sont encore relativement assez ouvertes aux femmes « étrangères », ce d’autant plus si elles sont « utiles » (= font des enfants, prennent soin des personnes âgées, même de manière non-déclarée, s’occupent des enfants des parents trop pris par leur travail, etc.). Elles sont par contre plus discriminantes envers les hommes étrangers. C’est un fait.

    Donc pour moi il s’agit AUSSI de xénophobie. Peut-être pas QUE, toutefois.
  9. Ben on ne doit pas fréquenter le même monde, car il me semble que je croise plus de cons que de racistes (l’un n’empêchant pas l’autre), mais même dans ce cas, il vaut mieux ne pas être petit noir et moche, comme le disait si bien Coluche…


    …Mais de toutes façons, en arriver à une telle histoire reste inexcusable, même pour le canton de Zoug. (pas taper SVP).
  10. De toute façon on vit dans un pays de Nazis qui auraient bien aimés Hitler…

    TADAAAAAMMMMMM (roses) merci, merci, mais il était facile à trouver ce point G.

  11. @Kasom
    Tu sors! :roll:
  12. Pour moi (qui ai à la fois un frère mentalement handicapé, et qui a suivi des cours sur le statut juridique, le consentement, etc. des personnes mentalement handicapées dans le cadre de mes cours de médecine), je suis d’avis de Richard : ça pue à 200% la connerie administrative.

    D’un type quelque part perdu au milieu de la bureaucratie, têtu comme une mule (forcément, sinon il ne travaillerait pas dans l’administration), qui connait par coeur les passage de loi qui le concerne et doit appliquer à la lettre un obscure paragraphe qui exige que la personne naturalisée soit capable de donner son avis sur la base d’un discernement éclairé (= capable de comprendre ce qui lui arrive et ce qu’on lui explique).
    (Loi probablement conçue à la base pour éviter les naturalisations forcées sur des gens qui sont pas d’accord. Ou de personne démente qui ne comprennent rien mais que ça arrange la famille).

    Et le bonhomme décide que, ce gosse là étant mentalement handicapé, il ne comprend pas ce qui lui arrive et la loi s’applique à lui.

    Le raisonnement est techniquement correcte, mais complètement CRÉTIN parce qu’il néglige le concept de TUTEUR LEGAUX et/ou TUTELLE PARENTALE.

    Il pense quoi le type ? Que les handicapés on les laisse crevé dans la rue, parce qu’ils ne peuvent prendre aucune décision par eux-même ?

    Pour les personnes qui sont pas capable de responsabilité, il y a une tutelle qui est décernée à des personne plus compétente, généralement les parents.
    C’est déjà automatique pour les parents des gosses. Un bambin il comprend pas grand chose à la vie, non ? Pourtant on peut les naturaliser aussi, généralement avec les parents.

    Une personne mentalement handicapée, grosso-modo pour la loi, c’est approximativement la même chose qu’un gamin qui est sous la tutelle (de ses parents en règle générale). Passé la majorité il n’est toujours pas plus autonome et les parents font une demande pour conserver la tutelle du jeune. (Je fait une forte approximation mais vous avez compris le truc).

    Les seuls exceptions concernent quelques détails comme l’intégrité corporelle, ainsi que l’image et les informations confidentielle médicale de la personne.
    Comme la naturalisation Suisse ne s’accompagne pas de rituel initiatique basés sur la mutilation de membre (en tout cas pas depuis la dernière période glaciaire) et qu’elle n’exige pas non plus une campagne d’humiliation publique, il n’y a en principe aucun problème à ce que la naturalisation se fasse sur la décision de l’autorité parentale.

    Donc à moins qu’il y ait une couille quelque part dont la presse ne nous a pas parlé afin de faire monter le scandale (genre : les parents n’ont pas encore obtenu la tutelle et c’est pour ça que le garçon pourra redéposer une demande de naturalisation dans quelques années, i.e.: quand les parent auront les dispositions administrative afin de pouvoir confirmer à sa place), tout ceci est surtout l’oeuvre d’un administrateur borné qui applique stupidement et sans discussion la règle qu’on lui a dit d’appliquer même quand il tombe sur une potentielle exception.

    (A sa décharge, le type qui gère les tutelles est probablement dans un bureau différent. …sur un autre étage. …dans une annexe séparée du bâtiment.)

    Pour moi il faut appliquer le rasoir d’Hanlon :
    Never attribute to malice that which can be adequately explained by stupidity.
  13. @DrYak
    Le problème vient surtout du fait que la naturalisation du gamin lui procurerait probablement un revenu d’invalidité que nous autres suisses de pure souche génétique devront payer de nos petites mains de travailleurs honnêtes et droits. Et ça, il n’en est à priori pas question.

    Sinon je te rejoins sur le fait qu’il y a peut-être un paramètre qui n’a pas été dévoilé afin d’alimenter le scandale, le nom même de la commune est d’ailleurs toujours inconnu.

    Au passage, j’ai eu mon passeport suisse avant d’avoir quitté la clinique dans laquelle je suis né, et j’aimerais que le génie administratif qui a refusé la naturalisation du gamin handicapé arrive à m’expliquer en quoi j’étais plus apte à apprécier mon statut d’helvète à ce moment-là.
  14. il doit y avoir un juriste là-derrière, lieutenant à l’armée, portant des lunettes carrées à monture noire épaisse, les cheveux bien plaqués en arrière… non?

Tu peux même laisser ton avis

Prends juste note que tout commentaire désobligeant, illégal, publicitaire, agressif, mal écrit ou tout simplement ennuyeux sera cruellement supprimé sans préavis, sans explication et sans excuse par le dictateur autoproclamé actuellement au pouvoir.

Émoticônes à discrétion

|-| XX( ??? <3 ;-) :yes: :twisted: :roll: :oops: :no: :mrgreen: :lalala: :idea: :evil: :cry: :crazy: :arrow: :?: :-| :-x :-p :-o :-P :-D :-? :-) :-( :!: 8-O 8) (zzz) (woohoo) (vomi) (tusors) (troll) (suisse) (suicide) (sigh) (siffle) (roses) (radoteur) (pope) (pleure) (pendu) (ouch) (mur) (mechant) (lulz) (lol) (hum) (haha) (god) (fou) (fache) (evilfinger) (endormi) (embarrasse) (coucou) (chinois) (censored) (bouffon) (bisou) (badday) (avosordres) (applau)